L'art des "frères voyants". Caractéristiques et dynamiques du marché de l'art autour du mouvement surréaliste (1919-1930)

par Alice Ensabella

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Alain Bonnet.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes en cotutelle avec l'Università Roma 1 - La Sapienza , dans le cadre de École doctorale sciences de l'homme, du politique et du territoire (Grenoble) , en partenariat avec Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (laboratoire) .


  • Résumé

    Ce travail se donne comme but celui d'étudier le développement du marché artistique qui nait autour du mouvement surréaliste pendant les années de sa formation et ses premières années d'activité, entre 1919 et 1930. Le choix de cette période (qui comprend donc également les années dadaïstes), qui peut présenter en apparence quelques ambiguïtés, est pourtant justifié par plusieurs facteurs, et pour ce qui concerne l'histoire du Surréalisme, et pour l'histoire du marché artistique de l'époque. L'année 1919 représente la date de la reprise du marché artistique à Paris après les années de stagnation de la Grande Guerre. A partir de ce moment, l'art moderne vit une période florissante, avec une croissance sensible et constante des cotes des artistes vivants, avant l'arrêt brutal de la crise du '29. Le 1919 est aussi l'année de la rencontre entre les futurs surréalistes et Dada, qui amènera notamment à la fondation du groupe dadaïste parisien et au début de ses activités provocatrices dans la capitale française. Déjà pendant cette période, nous assistons à l'organisation des premières initiatives promotionnelles consacrées aux artistes du groupe (Francis Picabia, Max Ernst, Georges Ribemont-Dessaignes e Man Ray), ainsi qu'à la création des premières collections privées de ses membres. Pour cette raison nous pouvons considérer que déjà à partir du 1919 les œuvres des artistes dadaïstes, qui font l'objet d'expositions et d'achats de la part de leur entourage, voient se développer autour d'elles une embryonnaire activité commerciale. L'an 1930 représente, à son tour, un tournant. Le marché artistique parisien commence en effet à subir les conséquences de la crise du 1929, de laquelle il sortira seulement sept ans plus tard, avant d'être à nouveau compromis par la Deuxième Guerre mondiale. Pour ce qui concerne le groupe surréaliste, les années 1929/1930 représentent un moment de changement important. A partir des années Trente le mouvement connaitra en effet un remarquable succès à l'étranger (en Belgique, Angleterre, Pays-Bas, Est européen et, notamment, aux Etats-Unis), clôturant cette première phase, strictement parisienne, de son histoire. Certains membres seront exclus du groupe, des nouveaux seront accueillis ; pas seulement parmi les écrivains, mais aussi parmi les artistes. Entre 1929-1930 Salvador Dalí, Alberto Giacometti, Victor Brauner, Hans Bellmer entre autres intégreront le mouvement, ouvrant donc une nouvelle phase de la recherche esthétique surréaliste. Cette nouvelle saison surréaliste est notamment, et de façon symbolique, marquée par la publication du Second Manifeste du Surréalisme d'André Breton, qui parait en ouverture du dernier numéro de «La Révolution Surréaliste» en décembre 1929 . Dans les pages qui suivent nous essayerons de fournir le cadre le plus complet possible des dynamiques et des stratégies adoptées par les membres du groupe dans la promotion de ses propres recherches artistiques à Paris (avec l'exception des premières initiatives organisées en Belgique suite à la rencontre déjà en 1925 avec Paul Nougé et Camille Goemans), en préparant donc le terrain pour une promotion à échelle internationale qui caractérisera les années suivantes.

  • Titre traduit

    The "frères voyants"'s art. Features and dynamics of art market in surrealist movement (1919-1930)


  • Résumé

    The purpose of this dissertation is to study the development of the artistic market that arises around the surrealist movement during its years of formation and its early years of activity in between 1919 and 1930. The choice of this period (including the Dadaist period), which may concerne you out of ambiguity, is however justified by several factors, both regarding the history of the surrealist movement and the history of the artistic market of the time. 1919 is the date of the resumption of the artistic market in Paris after the years of stalemate of the Great War. From this moment on, modern art will live a thriving period that will see the prices of living artists increase in a sensible and constant way before they are cut off by the 1929 crisis. 1919 is also the year of the encounter between future surrealists and Dada, which will, as is well known, lead to the founding of the Parisian Dadaist group and the beginning of its provocative activities in the french capital. Already during this period, there is the organization of the first exhibition and promotional initiatives dedicated to artists close to the group (Francis Picabia, Max Ernst, Georges Ribemont-Dessaignes and Man Ray), as well as the creation of the first private collections by the group's members. For this reason, we can see that already in 1919, works by artists close to Dada, objects of exhibitions and purchases, although from their entourage, saw an embryonic market growing around them. 1930 represent an important year too. The Parisian art market is beginning to suffer from the consequences of the 1929 crisis, which will resume only seven years later, before the Second World War compromises it for a second time. As far as the surrealist group is concerned, the years 1929-1930 are, as is well known, a turning point. During the 1930s, the movement will have a great deal of success abroad, in Belgium, England, the Netherlands, Eastern Europe and the United States, thus closing its first Parisian phase. Some members of the group will be expelled, others will be welcomed. From 1929 to 1930 new names will make their appearance: Salvador Dalí, Alberto Giacometti and, in the later years, Victor Brauner, Hans Bellmer and others. This change of movement's direction is, as is well known, symbolically opened by André Breton's publication of the Second Manifesto du Surréalisme on the last issue of "La Révolution Surréaliste" in December 1929. In this work I will try to provide an accurate picture about the dynamics and strategies adopted by the members of the group to promote their artistic research in the French capital (except for the first initiatives organized in Belgium following the relationships that have been established since 1925 with Paul Nougé and Camille Goemans), thus preparing the ground for a type of promotion on an international scale that will be organized in the next decade. Strengthened by its independent, avant-garde position, Surrealism will also become independent and autonomy on the market. However, beyond a promotional model specific to the movement, surrealists were able to enter the official market institutions and exploit their skills dynamically. For this reason, it was decided not to opt for a chronological narrative of the facts, with the risk that it would be too rich and therefore dispersive, as it should have been dealing simultaneously with different aspects of the market. The choice was so to adopt a thematic approach. The study will then be divided into three main research axes, though intimately interconnected, representing the three specific areas of the market where surrealist art belongs: collections, auction sales and galleries.