Cioran, un penseur privé en mal d'écriture

par Lauralie Chatelet

Projet de thèse en Litterature française et francophone

Sous la direction de Laurent Mattiussi.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de École doctorale Sciences sociales (Lyon) depuis le 01-09-2014 .


  • Résumé

    Cette thèse est consacrée à l’œuvre de Cioran et tout particulièrement à l’apparent désengagement de l’écriture professé à partir de son passage à la langue française. Alors que l’écriture roumaine s’affirme subjective et dynamitant le consensus et l’objectivité, il apparaît qu’elle contient encore un désir d’appartenance au collectif et une volonté philosophique qui disparaissent avec l’écriture française. Pourtant, lorsqu’il renonce à sa langue maternelle, Cioran laisse apparaître dans ses aphorismes des fragments d’intimité, des partages de son vécu présent et passé qui le dévoilent davantage que la subjectivité toute philosophique de jeunesse. L’écriture française s’attache donc à reconstruire un moi de papier, un moi littéraire formant un ethos spécifique de penseur privé à travers des avatars comme Job, l’homme des sous-sols ou encore la figure du troglodyte. Le malaise vis-à-vis du moi conduit à un épuisement qui nourrit paradoxalement l’écriture de son fiel, produisant une forme et un style unique entre ironie amère et poésie.

  • Titre traduit

    Cioran, a private thinker struggling with writing


  • Résumé

    This thesis is devoted to Cioran’s work and in particular to the apparent disengagement from writing as he started to write in French. While Romanian writing asserts itself to be subjective and opposed to consensus and objectivity, it appears that it still contains a desire to belong to the collectivity and has a philosophical will which disappear with French writing. However, when he renounces his native language, Cioran lets appear in his aphorisms fragments of intimacy, sharing of his present and past experiences which reveal the self more than the philosophical subjectivity of his youth. French writing therefore endeavors to reconstruct a literary self forming a private thinker ethos through avatars like Job, the underground man or even the figure of the troglodyte. Discomfort with the self leads to exhaustion which paradoxically feeds the writing of his gall, producing a unique form and style between bitter irony and poetry.