Raison monarchique et politiques protestantes dans la France du premier XVIIe siècle (vers 1589 - vers 1643).

par Adrien Aracil

Projet de thèse en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Denis Crouzet.

Thèses en préparation à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) , en partenariat avec Centre Roland-Mousnier — Institut de Recherche sur les civilisations de l'Occident moderne (equipe de recherche) depuis le 08-07-2015 .


  • Résumé

    Ce travail tente de relire les sources huguenotes de l’histoire politique de la période (mémoires, lettres, cahiers des assemblées…), en prenant pour objet d’étude la parole politique. Nous tentons alors d’en percevoir toutes les dimensions : l’aspect politique, par la stratégie immédiate du choix des mots, l’aspect idéologique, par la convocation d’un appareil de références, l’aspect social, par la lisibilité des hiérarchies contenue dans les prises de parole. La parole politique, la profération de postures politiques ou leur mise par écrit, devient alors sémiotique, et peut être lue comme telle. Une telle analyse permet de donner de nouvelles clefs de lecture aux sources de la période : la relation de soumission ou de révolte à l’égard du roi, la question de la fidélité de tel ou tel membre du parti à la Cause de la défense de la foi, la prise d’armes et sa justification intellectuelle, en bref, la profération de l’obéissance et de la désobéissance à l’autorité royale, sont ainsi lues comme autant d’expressions à replacer dans le champ politique, contribuant à qualifier cette période de transition pour l’imaginaire de l’État et celui de la relation entre la noblesse et le roi. Nous sortons alors de la dichotomie interprétative de ces conflits des années 1620, tantôt perçus comme les derniers avatars français des affrontements religieux du siècle précédent, tantôt comme une simple déclinaison confessionnelle de l’opposition nobiliaire à un absolutisme naissant. Pour mener à bien cette analyse, il importe de convoquer des outils linguistiques, mais aussi littéraires, dans une perspective d’interdisciplinarité ; les outils de l’analyse littéraire appliqués à certaines sources peuvent ainsi permettre de lever une opacité ou une ambiguïté voulues par leur auteur au moment de leur élaboration.


  • Pas de résumé disponible.