Naturalité des zones humides littorales.

par Adrien Guette

Projet de thèse en Géographie

Sous la direction de Marc Robin et de Laurent Godet.

Thèses en préparation à Nantes , dans le cadre de SML - Sciences de la Mer et du Littoral (Nantes) depuis le 01-09-2014 .


  • Résumé

    La bande littorale présente la double originalité d’accueillir des zones humides d’une biodiversité exceptionnelle à l’échelle internationale et d’être soumise à une extrême concentration des activités humaines. Malgré la prise de conscience de ce contexte et la mise en place d’organismes comme le Conservatoire du Littoral en 1975, ou encore le vote de la loi Littoral en 1986, l’anthropisation des zones humides littorales françaises se poursuit. Dans ce contexte, il devient urgent d’identifier et cartographier les derniers espaces de « naturalité » au sein de ces zones humides. Nous entendons par « naturalité » l’opposé de l’anthropisation, où peuvent être distinguées naturalité écologique (le fait que des milieux n’aient pas ou peu été modifiés par les activités humaines sur un pas de temps déterminé) et naturalité héritée (le fait que des milieux soient actuellement plus ou moins éloignés ou soumis aux activités humaines). L’objectif de la thèse est triple : (i) développer une méthodologie de quantification et de cartographie de gradients de naturalité des zones humides ; (ii) appliquer cette méthode à deux zones humides et y tester les liens avec les zonages et mesures de protection de la nature ; (iii) appliquer cette méthode sur deux milieux littoraux et y tester les liens avec la biodiversité associée. Les deux zones humides d’étude seront le Marais poitevin et la Brière, qui sont les deux plus grandes zones humides atlantiques françaises. Les deux milieux étudiés seront les schorres (ou prés-salés) du Marais poitevin et les roselières de Brière.


  • Pas de résumé disponible.