Traces numériques des risques climatiques : évaluer l'impact de la communication dans le cadre de la stratégie de résilience de Paris

par Rosa Vicari

Projet de thèse en Sciences de l'Univers et Environnement

Sous la direction de Daniel Schertzer et de Loulia Tchiguirinskaia.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de SIE - Sciences, Ingénierie et Environnement , en partenariat avec HM&CO - Hydrométéorologie et Complexité (laboratoire) depuis le 01-09-2014 .


  • Résumé

    Climate and environmental sciences address complex systems, such as cities, which components – the Physical- Environmental Subsystems (PES) and Socio-Economical Subsystems (SES) – strongly interact. The concept of resilience introduces a holistic approach that is a response to a spreading need to forge links between different urban dimensions when coping with climate pressure and urban sprawl consequences. This thesis aims at contributing to the current tendency to unify different approaches by attempting to answer to the question: how can we objectively assess the progress that has been achieved through urban resilience strategies? The ‘resilience thinking' involves overcoming fragmentation in risk management by creating synergies among decision makers. It is a challenge that illustrates an important aspect of social systems: the social construction of reality, i.e. perceptions that different stakeholders may have regarding the same action or project. Identifying key communication indicators and variables is a necessary basis to collect relevant data on stakeholders' perceptions and assess their evolution before during and after a project or action. This research involves three studies that were carried out in the Paris Region to identify alternative resilience communication metrics. The choice to focus on communication metrics is also due to the fact that Social Impact Assessment (SIA) practitioners usually employ research techniques such as interviews, meetings and surveys to assess the social construction of reality. According to this thesis, this component of SIA assessment can be innovated through unstructured Big Data exploration techniques such as advanced text mining and complex network representation. In the last fifteen years a wide range of strategies have been designed by the Public Authorities (PAs) to cope with weather extremes in Paris Region. An integrated approach to climate related risks has progressively emerged, at the same time, citizens engagement and communication actions have gained importance. The first study revolved around the communication actions proposed in the PAs documents in order to identify resilience communication indicators that are relevant to comprehend the social construction of reality. These communication indicators are aimed to measure communication dynamics in terms of intensity and quality, in the specific context of Paris Region, adapted to certain target audiences, and to fixed policy objectives. The following experiments aimed to compare the feasibility and reliability constraints of traditional SIA research techniques, versus Big data exploration. The first assessment experiment was undertaken in the framework of the Interreg NWE IVB RainGain project, a project on flood resilience implemented in the Paris Region, as well as in other three cities in North-Western Europe. Communication impact was evaluated in both qualitative and quantitative terms. Quantity was considered as corresponding to the media coverage frequency and audience size, events attendance, Web analytics. Communication quality was assessed, in terms of how far specific communication actions contributed to reach the target audience and to achieve the main project goal. Usual research techniques in the field of SIA (closed-ended questionary and interviews) were tested to evaluate the impact of an exhibition and a video. The third experiment aimed to test if Big data exploration techniques can provide metrics on the quality of communication contents. Four corpora of Web communication data were extracted: press news covering the June 2016 Seine River flood; press news covering the October 2015 Alpes- Maritimes flood; tweets on the Seine River flood; 2003-2017 PAs documents on climate related risk management strategies in Paris Region. The analysis of the corpora involved an iteration between manual and automated extraction of hundreds of key-terms, network representations based on key- terms co-occurences, automated cluster visualisation based on adjacency matrix. Visual observation of the network coupled to quantitative analysis of its nodes and edges allowed to obtain an in-depth understanding of the most prominent topics and actors, as well as of the connections and clusters that characterise each corpus. Through a comparison of the four corpora, it was possible to observe how these patterns change in the context of two different weather extreme events, in a short term perspective (in the journalistic and the social media spheres) and in a long term perspective (in the policy making sphere).

  • Titre traduit

    Digital traces of climate risks: assessing the communication impact of Paris resilience strategy


  • Résumé

    Les sciences du climat et de l'environnement traitent de systèmes complexes, tel que les villes, qui sont composés de sous-systèmes physico-environnementaux (PSE) et de sous-systèmes socio-économiques (SES) en forte interaction. Le concept de résilience introduit une approche holistique qui répond à un besoin répandu de forger des liens entre ces différentes dimensions du système ville pour faire face aux pressions climatiques et aux conséquences de l'étalement urbain. Cette thèse vise à contribuer à la tendance actuelle d'unifier les différentes approches et tente de répondre à la question: comment évaluer objectivement les progrès réalisés grâce aux stratégies de résilience urbaine? La stratégie de la résilience consiste à surmonter la fragmentation dans la gestion des risques en créant des synergies entre les décideurs. C'est un défi qui illustre un aspect important de la dimension sociale du système ville: la construction sociale de la réalité, c'est-à-dire les perceptions que différents acteurs peuvent avoir vis-à-vis de la même action ou du même projet. L'identification des principaux indicateurs et des variables de la communication est une base nécessaire pour récolter des données pertinentes sur les perceptions des acteurs et évaluer leur évolution avant, pendant et après un projet ou une action. Cette recherche porte sur trois études réalisées en région parisienne pour identifier des mesures alternatives de la communication sur la résilience. Le choix de se concentrer sur les mesures de communication est également dû au fait que les praticiens d'Évaluation des Impacts Sociaux (SIA – Social Impact Assessment) emploient généralement des méthodes de recherche telles que les entretiens, les groupes de discussion et les sondages pour évaluer la construction sociale de la réalité. Selon cette thèse, cette composante de l'évaluation SIA peut être innovée grâce à des techniques d'exploration de Big Data telles que l'analyse par text mining avancé et la représentation de réseaux complexes. Au cours des quinze dernières années, les autorités territoriales ont mis au point différentes stratégies pour faire face aux phénomènes météorologiques extrêmes en Île-de-France. Une approche intégrée des risques liés au climat est apparue progressivement ; en parallèle, la participation citoyenne et les actions de communication ont pris de l'ampleur. La première étude porte sur les actions de communication proposées dans les documents des autorités territoriales. Des indicateurs de communication sur la résilience sont identifiés pour permettre une meilleure compréhension de la construction sociale de la réalité. Ces indicateurs de communication visent à mesurer les dynamiques de communication en termes d'intensité et de qualité, dans le contexte spécifique de l'Île-de-France, adaptés à certains publics cibles, et à des objectifs politiques prédéfinis. Les expériences suivantes visent à comparer les contraintes de faisabilité et de fiabilité des techniques de recherche SIA traditionnelles, à celle des techniques d'exploration de Big Data. La première expérience d'évaluation a été réalisée dans le cadre du projet Interreg NWE IVB RainGain, un projet sur la résilience aux inondations réalisé en région parisienne et dans trois autres villes de l'Europe du Nord-Ouest. L'impact de la communication a été évalué en termes qualitatifs et quantitatifs. La quantité de communication est considérée comme correspondante à la fréquence de couverture médiatique et à la taille de l'audience, aux nombre de participants aux événements et aux statistiques des visites sur le site web du projet. Pour évaluer la qualité de la communication, l'auteur a examiné si les actions de communication ont contribué à atteindre le public cible et à concrétiser l'objectif principal du projet. Des techniques de recherche habituelles dans le domaine du SIA (sondage et entretiens) ont été testées pour évaluer l'impact d'une exposition et d'une vidéo. La troisième expérience vise à tester si les techniques d'exploration de Big Data peuvent fournir des mesures sur la qualité des contenus de communication. Quatre corpus de données de communication Web ont été extraits: les articles de presse concernant la crue de la Seine de juin 2016; les articles de presse sur les inondations dans les Alpes-Maritimes d'octobre 2015; les tweet sur la crue de la Seine de 2016; les documents publiés par les autorités territoriales entre 2003 et 2017 sur la gestion des risques climatiques en région parisienne. L'analyse des corpus a consisté en une itération entre l'extraction manuelle et l'extraction automatique de centaines de mots-clés, une représentation de réseaux complexes basées sur les co-occurrences de mots-clés, une visualisation automatique des communautés de nœuds du réseau basée sur une matrice d'adjacence. L'observation du réseau couplée aux mesures de la centralité des nœuds et du poids des arêtes ont permis d'identifier les sujets et les acteurs qui ont plus de poids dans le débat, ainsi que les connexions qui les caractérisent. A travers une comparaison des quatre corpus, il a été possible d'observer comment ces configurations évoluent dans le contexte de différents épisodes météorologiques extrêmes, à court terme (dans la sphère journalistique et des réseaux sociaux) ainsi qu'à long terme (dans le cadre de la prise de décision politique).