Simples militants. Une sociologie comparée de l’engagement partisan en milieu populaire dans la France contemporaine

par Raphael Challier

Projet de thèse en Sociologie, demographie

Sous la direction de Michel Kokoreff.

Thèses en préparation à Paris 8 , dans le cadre de ED Sciences sociales , en partenariat avec Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris-GTM (equipe de recherche) depuis le 13-11-2012 .


  • Résumé

    Les classes populaires sont généralement perçues et présentées par les acteurs politiques comme des catégories dépolitisées qu’il faudrait « reconquérir ». Pourtant en observant les réseaux militants dans différents quartiers et territoires populaires, on constate la présence de militants populaires – ouvriers, employés, privés d’emploi,... – moins dotés en ressources sociales et politiques que les profils militants classiques. Comment s’y prennent ces sections pour mobiliser des groupes sociaux dont les dispositions à l’engagement partisan sont a priori faibles ? Quelles trajectoires politiques découlent de ces rencontres improbables ? À travers l’étude comparative de trois milieux partisans locaux (FN, PCF, UMP/LR) implantés dans trois territoires populaires de Seine-Saint-Denis et des Vosges, via l’observation ethnographique de la vie militante ordinaire et de la cohabitation entre différents groupes sociaux, le recueil de récits de vie des militants, la collecte et synthèse de données sur les bases sociales des différents partis au niveau local et national, il s’agit d’interroger les rapports sociaux qui traversent les institutions partisanes et le rôle que peuvent jouer les technologies militantes dans leur reproduction et, parfois, dans leur remise en question.


  • Pas de résumé disponible.