Fragments d'avenir : le livre à venir et son annonce aux seuils du régime moderne d'historicité (XVIe-XXe siècles) : une poétique sociale du projet

par Adrien Chassain

Projet de thèse en Langues et litteratures francaises

Sous la direction de Bruno Clement.

Thèses en préparation à Paris 8 , dans le cadre de ED Pratiques et théories du sens , en partenariat avec Littérature, Histoires, Esthétique (equipe de recherche) depuis le 07-09-2012 .


  • Résumé

    La présente thèse entend aborder la question du livre imaginaire en la dépaysant des figures de l’inadvenue, de l’inachèvement, de la perte et de la spectralité aujourd’hui en faveur dans les études littéraires. Dans le souhait d’appréhender le livre imaginaire à partir de ses expressions volontaires plutôt que de leur exclusion, il s’agit de prendre le parti des formes, en circonscrivant un petit genre distingué par l’annonce d’un ou de plusieurs livre(s) à venir, proche de l’art poétique ou du manifeste sans qu’on puisse le réduire à l’un ou l’autre. Justifié par l’emploi du terme en histoire du livre et de l’édition, je me suis rapporté à ce genre sous le nom de prospectus, en me concentrant sur sa forme autographe, d’énonciation « sérieuse », prototypiquement publique, autonome ou diversement intégrée à d’autres textes. En croisant les outils de la poétique, de la pragmatique des actes de langage et de la génétique textuelle, un premier chapitre esquisse une approche synchronique du prospectus afin d’en arpenter les possibilités formelles. Les deux chapitres suivants proposent des coupes historiques : sur le second XVIe siècle et le début du XVIIe siècle d’abord, sur le second XXe siècle et le début du XXIe ensuite. Aux marches du régime moderne d’historicité aimanté par le futur et ses promesses, en des périodes marquées de transitions et de transformation des imaginaires du temps, l’exploration des prospectus permet, au ras des formes et des discours, de sonder les manifestations sociales d’un certain sentiment de l’avenir, médiatisé par l’écriture et la publication (présentes et potentielles), par l’activité d’un espace des lettres diversement constitué.


  • Résumé

    This dissertation aims at examining the issue of the imagined book while avoiding its characterization in terms of failure, incompleteness, loss and spectre, which are prevalent in contemporary literary studies. As it approaches the diverse phenomenon of the imagined book on the basis of its deliberate articulations, instead of precluding their discussion, this study is grounded in a formal approach which endeavours to circumscribe a small genre characterized by the announcement of one of several upcoming book(s), thereby coming close to the ars poetica or the manifesto but remaining irreducible to the two genres. The term in use in book and publishing history being that of prospectus, I thus termed the genre I delineated, with a focus on its first-person, autographical form, its typically public, “serious” dimension, whether as an autonomous text or as a part of a larger body of text. The first chapter resorts to poetics, to the pragmatics of language acts and to textual genetics to offer a synchronic poetics of the prospectus and outline its formal possibilities. The following two chapters look at two historical periods: the second half of the 16th century and the early 17th century first, then the second half of the 20th century and the early 21st century. This study therefore explores the edges of the modern regime of historicity with its emphasis on the future and its promises – transition periods marked by the transformation of time imaginaries. It is also grounded in an analysis of forms and discourses. As such, it probes the social expression of a certain sense of the future, as mediated by (present and potential) writing and publishing, as well as by the dynamics of a diverse field of literature.