L'autofiction afro-antillaise dans l'espace francophone. Essai d'archéologie de soi dans l'oeuvre de Patrick Chamoiseau et Valentin-Yves Mudimbe

par Mesmer ted Mve essono

Thèse de doctorat en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Alexis Nuselovici.

Thèses en préparation à Aix-Marseille , dans le cadre de Langues, lettres et arts (354) .


  • Résumé

    Résumé Faire une archéologie de soi dans la littérature afro-antillaise revient à relever et interroger les outils aussi bien littéraires, politiques que philosophiques. L’œuvre de Patrick Chamoiseau et Valentin-Yves Mudimbe permet d’apprécier les nouvelles façons d’écrire, de lire et de définir le Sujet afro-antillais. Partant des invariants thématiques de ces deux écrivains aux idées et aux concepts théoriques sur les identités de soi, nous sommes arrivés à ressortir la nécessité de se réinventer sans cesse, quelle que soit la situation dans laquelle on est engagé. Chez Chamoiseau, L’esclave vieil homme est un personnage qui réussit à s’échapper de la plantation industrielle de la canne à sucre pour recouvrer l’usage du Je comme signe de liberté et comme insigne de responsabilité. Chez Mudimbe, Landu semble incarner la figure controversée de l’intellectuel croyant africain, parce que partagé entre tradition africaine et modernité occidentale, entre ses intérêts personnels ou ceux de son tuteur et l’intérêt général. Landu réussit tout de même à prendre conscience et sortir de toutes formes de domination et rejoint la cause du peuple. Ainsi ce travail s’inscrit-il dans une démarche archéologique et comparatiste, parce que jumelant deux auteurs, plusieurs cultures et divers domaines du savoir. L’autofiction afro-antillaise se lit aussi comme une décriture de soi, c’est-à-dire une écriture décomplexée, une description anticonformiste, iconoclaste de soi.

  • Titre traduit

    Afro-Antillaise autofiction in the French-speaking world. Essay of archeology of self in the work of Patrick Chamoiseau and Valentin-Yves Mudimbe.


  • Résumé

    Sommary To make an archeology of oneself in the Afro-Caribbean literature is to highlight and question literary, political and philosophical tools. The work of Patrick Chamoiseau and Valentin-Yves Mudimbe provides new ways of writing, reading and defining the Afro-Caribbean subject. From the thematic invariants of these two writers to ideas and theoretical concepts on self-identities, we managed to emphasize the need to constantly reinvent ourselves, in every situation we are engaged in. With Chamoiseau, The Old slave man is a character who escapes from the industrial plantation of sugar cane to recover the use of I as a sign of freedom and as a symbol of responsibility. With Mudimbe, Landu seems to embody the controversial figure of the intellectual African believer, as he is divided between African tradition and Western modernity, and between his personal interests and those of his guardian and general interest. Landu still manages to get aware and emerge from all forms of domination to join the cause of the people. Thus, this work uses an archaeological and comparative approach as it combines two authors, several cultures and various fields of knowledge. The Afro-Caribbean autofiction can also be read as a self-description, or a writing with no complex at all, a non-conformist, iconoclastic description of oneself.