CONTRIBUTION A UN DROIT COMMUN DES MASSES DE BIENS FIDUCIE, EIRL, SOCIETE, INDIVISION ET COMMUNAUTE CONJUGALE

par Camille Gardette

Thèse de doctorat en Droit

Sous la direction de Frederic Rouviere.

Thèses en préparation à Aix-Marseille , dans le cadre de Sciences Juridiques et Politiques (67) .


  • Résumé

    Les masses de biens résultant du fractionnement du patrimoine se sont multipliées dans les réformes récentes. Afin d’en révéler l’unité, l’étude se propose de comparer les solutions applicables à certaines d’entre elles suffisamment variées pour être représentatives : la fiducie, l’EIRL, la société, l’indivision et la communauté conjugale. De cette comparaison émerge l’amorce d’un droit commun, mais également des différences persistantes. En expliquant ces divergences par des caractères ajoutés ou retirés aux masses, l’ambition est de conforter leur identité de structure. Deux variables principales ont été envisagées : l’affectation de la masse à une finalité et son incorporation au patrimoine des membres. Dégager un régime commun à toutes et identifier les conséquences attachées aux variables permet alors de mieux comprendre le fonctionnement des masses, d’anticiper leurs évolutions, ou encore de résoudre par analogie les problèmes posés dans un ensemble particulier.

    mots clés mots clés

  • X
  • Titre traduit

    CONTRIBUTION TO A COMMON LAW OF THE MASSES OF PROPERTY TRUST, EIRL, COMPANY, UNDIVIDED AND CONJUGAL COMMUNITIES


  • Résumé

    The masses of property resulting from the splitting up of the patrimony have multiplied in recent reforms. In order to reveal their unity, the study proposes to compare the solutions applicable to some of them that are sufficiently varied to be representative: the trust, the EIRL, the company, the joint ownership and the conjugal community. From this comparison emerges the beginnings of a common law, but also persistent differences. By explaining these differences by characters added or removed from the masses, the ambition is to reinforce their identity as a structure. Two main variables have been considered: the allocation of the mass to a purpose and its incorporation into the patrimony of the members. Establishing a common regime for all and identifying the consequences attached to the variables then makes it possible to better understand the functioning of the masses, to anticipate their evolution, or to solve by analogy the problems posed in a particular set.