Études des pratiques éducatives relatives aux situations de conflit, de violence et d’incivilité dans les écoles primaires du Val d'Aoste

par Maria vincenza Raso

Thèse de doctorat en Sciences de l'education

Sous la direction de Alain Legardez.

Thèses en préparation à Aix-Marseille , dans le cadre de Cognition, langage, éducation (356) .


  • Résumé

    Notre recherche explore les pratiques éducatives, dans la gestion des situations de conflit, de violence et d’incivilité entre les élèves, dans la perspective de comprendre leur impact sur le développement social de l’individu. Nous supposons que ces pratiques relèvent d’une pédagogie de la non-violence et agissent en limitant toute forme d’interaction physique entre les élèves, qu’elle soit une interaction ludique ou une agression intentionnelle. Cette étude, menée dans trois écoles primaires au Val d'Aoste, associe une méthodologie à la fois quantitative et qualitative : des questionnaires (472 familles) ; des entretiens d'explicitation (Vermersch, 2006) et collectifs (49 enseignantes) ; des observations en milieu scolaire (24 enseignantes ; 194 élèves). Nos résultats portent, premièrement, sur la modélisation de ces pratiques éducatives, qui sont confrontées à la multi-dimensionnalité des manifestations agressives et à l’implication de la subjectivité des enseignantes dans leur appréciation. Deuxièmement, ils montrent un agir éducatif distinct des interactions soit verbales – gérée surtout par une médiation dialogique -, soit physiques – engageant des stratégies plus directives. C’est ainsi que la régulation des jeux de lutte relève de cette attention à la sécurité des élèves et d’une volonté à pacifier les relations humaines. Nos résultats interpellent la formation des enseignants et ouvrent des perspectives de recherche. Dans ce cadre, la gestion des manifestations agressives à l’école est une question socialement vive (Legardez et Simonneaux, 2006), car elle interpelle la société, les savoirs de référence et les savoirs scolaires.

  • Titre traduit

    Study of educational practices relating to conflict, violence and incivility situations in Aosta Valley primary schools


  • Résumé

    Our research explores educational practices, in the management of conflict, violence and incivility situations among pupils, in order to understand their impact on the social development of the individual. We assume that these practices arise from pedagogy of non-violence and act by limiting any form of physical interaction between students, whether it is a playful interaction or an intentional assault. This study, carried out in three primary schools in Aosta Valley, combines a quantitative and qualitative methodology : questionnaires (472 families); explicitation (Vermersch, 2006) and collective interviews (49 teachers) ; observations in schools (24 teachers, 194 pupils). First, our results focus on the modeling of these educational practices, confronted to the multi-dimensionality and variety of aggressive manifestations and to the involvement of the teacher subjectivity in their appreciation. Secondly, they show a distinctive educational action according to whether the interaction is verbal - managed mainly by dialogical mediation - or physical - engaging more directive strategies. It is in this way that the regulation of fighting games shows this attention to the safety of pupils and a pacify human relations intent. Our reflection question teachers' training and suggest prospects for future research. In this context, the management of social interactions in schools is a socially vivid question (Legardez and Simonneaux, 2006), because it raises in society, in reference knowledge and in school knowledge.