Une architecture de promoteur pour le logement social : la Véfa-HLM

par Anne-Laure Hincker Jourdheuil (Hincker)

Thèse de doctorat en Aménagement et urbanisme

Sous la direction de Yankel Fijalkow et de Véronique Biau.


  • Résumé

    La production de logements locatifs sociaux par les promoteurs immobiliers privés, et leur acquisition en Vente en état futur d’achèvement par les bailleurs sociaux, est un nouveau mode de production des HLM. Elle induit à la fois des reconfigurations dans les stratégies des acteurs, dans l’architecture de l’habitat et dans les relations sociales de voisinage. Pour analyser le développement de la Véfa-HLM et ses conséquences, deux approches ont été mobilisées : une étude statistique et cartographique à l’échelle du territoire francilien et une enquête qualitative décomposée en quatre étapes – entretiens avec des acteurs de la production de la ville, analyse de la conception et de la réalisation d’opérations mixtes, enquête sur la médiatisation des projets de logements contemporains et étude des incidences en matière de gestion de ce mode de production. Par la mixité des statuts qu’elle induit, la Véfa-HLM est un outil mobilisé au nom de la construction de la mixité sociale. Cette thèse montre que la Véfa-HLM participe à une diversification de la production du logement social en France et à une reconfiguration des relations entre promoteurs, bailleurs et collectivités locales. Face aux évolutions de leur cadre d’intervention, les architectes sont amenés à sortir de la dualité public/privé dans la structuration de leurs activités. Montrant l’existence d’un lien de causalité entre type de maître d’ouvrage et qualité de la production, ce travail met en lumière l’hétérogénéité des définitions des qualités architecturales du logement neuf. Cette thèse contribue ainsi à l’analyse des mutations dans les pratiques et représentations des acteurs engagés dans la fabrication de la ville.

  • Titre traduit

    Private developers’ architecture for social housing : vefa-HLM


  • Résumé

    Social housing, built by private developers and sold “off-plan” to social landlords (Vefa-HLM) is a new trend in the French social housing production system that implies shifts in actors’ strategies, in housing architecture and in neighborhood social relationships. In order to analyze the development of Vefa-HLM and its consequences, two approaches have been used: a statistical and cartographic study of the Ile-de-France territory and a qualitative survey in four steps – interviews with key city production stakeholders, an analysis of the design and the built result of mixed housing programs, an inquiry on the contemporary housing programs media coverage and a study of the consequences of this production mode on property management. Inducing diversity in status of occupation, the Vefa-HLM is a tool used in the name of “social diversity”. This thesis shows that Vefa-HLM is part of the diversification of social housing production modes and induces shifts in relationships between private developers, social landlords and local authorities. In the light of this change of framework, architects need to reconsider the public-private duality that structured their activities. Showing a causal link between types of clients and quality of the production, this thesis highlights the heterogeneity of the various definitions of architectural qualities in new housing construction. This thesis contributes thus to the analysis of the shifts in practices and representations of the actors involved in urban production.