Les habits de la foule : techniques de gouvernement, clientèles sociales et violence au Rwanda rural (1963-1994)

par Emmanuel Viret

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Jacques Semelin et de Danielle De Lame.

Thèses en préparation à Paris, Institut d'études politiques , dans le cadre de École doctorale de Sciences Po (Paris) depuis le 01-10-2003 .


  • Résumé

    La thèse est une étude du clientélisme rural rwandais sous les deux premières Républiques (1963-1994). L’objectif est de comprendre la mobilisation des paysans pendant le génocide, en 1994. Il s’agit d’une double monographie consacrée à deux anciennes communes (Bicumbi et Nyakabanda), résumant trente ans d’histoire locale et s’appuyant sur environ 700 pièces d’archive et une centaine d’entretiens menés sur les collines et dans les prisons du pays. L‘enquête a duré deux ans. L’argument est articulé en trois mouvements. La première partie retrace la genèse et l’installation d’un dispositif de développement au Rwanda devenu idéologie d’Etat sous la deuxième République. Il s’agit de montrer comment la mise en valeur du pays l’a progressivement constitué en laboratoire de gouvernement, auquel participèrent en une cinquantaine d’années aussi bien l’appareil d’Etat que l’Eglise puis le tissu associatif et coopératif. Une attention particulière est accordée à l’invention et à la reproduction de techniques spécifiques de gouvernement jusqu’au début des années 1990. L’objectif de la deuxième partie est de rendre compte des métamorphoses de la structuration sociale des communes sous l’effet du dispositif de développement, en détaillant l’évolution des relations de clientèle après l’indépendance et en accordant une attention particulière à leur recomposition au sein d’une économie en voie de monétisation. Enfin la troisième partie est consacrée à l’émergence d’une économie de la violence au début des années 1990, et à la constitution, à l’échelle locale, d’une coalition sacrificielle contre la population Tutsi de l’intérieur.

  • Titre traduit

    The crowd's clothes : techniques of government, social patronage and violence in rural Rwanda (1963-1994)


  • Résumé

    The dissertation focuses on thirty years of patron-client relations in rural Rwanda and aims at analyzing the mobilization of the peasantry during the genocide in 1994. It consists of a double monography of two former communes (Bicumbi and Nyakabanda). A two years long fieldwork allowed an extensive use of local, regional and national archives (around 700 documents). Numerous trials and Gacaca sessions were also followed, in addition to around one hundred interviews. Life narratives, but also quantitative enquiries document the scale of some of the major social changes brought by the second Republic : bureaucratization of the daily life, changing of patronage customs, monetization of the economy all of which affecting the daily experience Rwandan ordinary people could get of their society. The argument relies on three movements. The first part is dedicated to the progressive constitution of a set of government techniques in the country, under the common goal of development. Rwanda is then described as a laboratory of development, made state-ideology under the second Republic. The second part of the dissertation focuses on the consequences of the implementation of those techniques on daily rural life. A particular insight is taken on the development of a monetized economy and the key role of brokers (or intermediates) in peasant’s mobilization, in a context of wide social change and modernization. The third and last part of the research focuses on the appearance of an economy of violence from 1990 to 1994 in a context of war and multiparty system. The apparition of a sacrificial coalition driven against the Tutsi population at the local level is, at last, broadly documented.