Analyse de l'activité professionnelle des tuteurs en formation à distance

par Mélissa Dir

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Stéphane Simonian.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon) , en partenariat avec Haute école pédagogique du canton de Vaud (Lausanne, Suisse) (Jacques MEARD - HEP Lausanne) depuis le 05-11-2013 .


  • Résumé

    Cette recherche porte sur l’activité de travail des tuteurs à distance et ses opportunités de développement. S’inscrivant dans le champ de l’analyse de l’activité, elle combine une approche clinique (Clot, 1999) et une approche holistique (Engeström, 2000), au croisement de la psychologie du travail, de l’ergonomie et de la théorie de l’activité de troisième génération. L’analyse se centre sur l’activité de six tutrices à distance d’une entreprise privée de formation à distance. Après une enquête exploratoire, le recueil de données est composé d’entretiens d’instruction au sosie et d’autoconfrontation simple et croisée, complétés par des données ethnographiques, des données relatives à l’appareil prescriptif (guide du tuteur et entretien de formation), des traces de l’activité des tutrices à distance et des apprenants. Les résultats, qui mettent en évidence des écarts entre le prescrit et le réel de l’activité, révèlent plusieurs difficultés que les tutrices à distance rencontrent dans le cadre de leur travail. Celles-ci se manifestent par un certain nombre de contradictions notamment autour des règles qui régissent le système, entre prescription « infinie » et « sous-prescription ». Les outils associés à l’activité, tantôt source d’empêchement, tantôt à l’origine de processus développementaux, se révèlent aussi être au cœur de multiples contradictions. De la même manière, les résultats mettent en exergue le caractère nodal de l’activité alors même que les conditions organisationnelles semblent répondre à une logique industrielle. A ce niveau, l’absence d’échanges entre pairs notamment, interroge les opportunités de développement de l’activité de travail des tutrices à distance qui, à certains égards, semble participer au travail de « recréation » du genre professionnel « formateur »

  • Titre traduit

    Analysis of distance learning tutors professional activity


  • Résumé

    This research focuses on the work of distance learning tutors and its development opportunities. The analysis of activity combines a clinical approach (Clot, 1999) and a holistic approach (Engeström, 2000) at the crossing of work psychology, ergonomics and third-generation Cultural Historical Activity Theory. It focuses on the activity of six distance learning tutors from a distance learning company. After an exploratory investigation, the data collection is composed of interviews “to a double”, simple self-confrontation and crossed self-confrontation interviews. At the same time, other data enrich the analysis: ethnographic data, prescriptive data, and traces data about distance learning tutors and e-learners. The results show differences between prescribed work and real work. They also reveal several contradictions and obstacles to the development mainly related to the rigidity of the prescriptive framework. Likewise, the major role of tools in developmental processes is highlighted. Then, the results underline the nodal nature of the activity even though organizational conditions seem to respond to an industrial logic. In this regard, the absence of peer-to-peer exchanges, in particular, questions the work development opportunities. This is all the more important given that distance learning tutors activity appears to contribute to the "recreation" of a specific professional genre: "trainer".