Shimao Toshio et la méthode du rêve

par Yannick Maufroid

Thèse de doctorat en Littératures et civilisations

Sous la direction de Anne Bayard-Sakai.

Thèses en préparation à Paris, INALCO , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) depuis le 01-10-2013 .


  • Résumé

    Écrivain souvent décrit comme avant-gardiste et impénétrable, mais aussi comme l'un des derniers maîtres du shishôsetsu (roman personnel), Shimao Toshio (1917-1986) occupe une place singulière dans la littérature japonaise d'après-guerre. Son œuvre a traversé le XXe siècle dans un étrange état d'isolement, hautement estimée par ses pairs, mais restant méconnue et mal comprise. L'auteur tire un statut presque mythique de la particularité de son expérience de guerre (commandant d'un escadron de tokkôtai mobilisé dans les îles Ryûkyû) et des vicissitudes qui l'ont suivie, comme la maladie mentale de sa femme Miho. Celle-ci a inspiré son roman le plus célèbre, Shi no toge (L'Aiguillon de la mort, 1960-1976). Cette expérience de vie conflictuelle s'est prolongée par un conflit intérieur qui l'a vu épuiser l'ensemble des formes littéraires de la modernité, romantisme, naturalisme, surréalisme, sans jamais se satisfaire réellement d'aucune d'entre elles. Cependant, par-delà cette tendance au conflit, l'un des éléments les plus constants de l'œuvre de Shimao reste son intérêt pour le rêve. Si l'écriture onirique dans la littérature moderne se trouve au carrefour d'une tradition esthétique, de l'exploration de soi et de la contestation du réalisme, elle prend chez lui une dimension tant poétique qu'existentielle. Tour à tour expérimentation (anti-)romanesque, tentative de résolution des conflits et recherche du temps perdu, cette écriture devenue méthode fournit les outils de la compréhension de l'identité narrative de l'auteur. Tout en en faisant la « voie royale » pour comprendre Shimao, cette thèse se propose aussi de saisir en quoi le rêve peut servir la littérature.

  • Titre traduit

    Shimao Toshio and the dream method


  • Résumé

    Often described as an avant-garde and impenetrable writer, but also as one of the last masters of the shishōsetsu genre, Shimao Toshio (1917-1986) occupies a special place in Japanese postwar literature. His work went through the 20th century in a strange state of isolation, widely acclaimed by his peers, but still insufficiently known and understood. Shimao acquired a near mythical status from the particularity of his war experience (he was the leader of a squad of kamikaze tokkōtai which was mobilized in the Ryūkyū islands) and its aftermath, like the madness of his wife Miho, which inspired his most famous novel, Shi no toge (The Sting of Death, 1960-1976). Along with these life antagonisms, he also endured an inner conflict which drew him towards most modern literary forms, romantism, naturalism, surrealism, without being really satisfied with either of them in the end. However, beyond this tendency to conflict, one of the most constant elements of Shimao's work is his interest in dreams. While dreamlike writing in modern literature often lies at the junction of aesthetic tradition, exploration of the self and contestation of realism, in Shimao's case, its importance is both poetic and existential. As a « method » of (anti-)novel experimentation, attempt at conflict resolution and research of lost time, the use of dreams provide the tools of the understanding of the author's narrative identity. Through the idea that this dream method can be the « royal road » to understand Shimao, this thesis also aims at making his work an example of the way dreams serve literature as a whole.