Représentations romanesques de l'accouchement et émancipation féminine de Sade à Sand

par Christine Varnusson

Projet de thèse en Littérature française XVIIIème et XIXème

Sous la direction de Michel Delon.

Thèses en préparation à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) depuis le 01-10-2013 .


  • Résumé

    La naissance de Sade en 1740 marque le début d'une recherche qui se termine à la mort de George Sand en 1876. Le choix est dicté autant par la vision antinomique du sexe féminin qui distingue ces auteurs, que par le souci d’embrasser un corpus large, dû à la rareté des scènes d’accouchements romanesques. Ce travail se fonde sur une abondante littérature médicale, sur des témoignages de femmes connues ou anonymes, et sur la production d'écrivains francophones. Les enjeux médicaux, sociaux, et littéraires de la mise au monde, sont considérés sous un angle pluridisciplinaire. En analysant les mœurs de leur époque en matière d’enfantement, les sources renseignent aussi sur l’émancipation de la femme et l’avènement de la médecine obstétrique en France. La naissance suscite des questions constitutives de l'évolution du statut de la femme. La baisse de la mortalité maternelle et infantile est une avancée pour le genre féminin qui n'induit aucun changement social, aussi nous tentons d'éclaircir les causes de cet impossible accès à la parité. Au XVIIIe siècle au moment même où les hommes de sciences accaparent la sphère intime et strictement féminine de l’accouchement, ils semblent priver les femmes de leurs droits. Dépossédé du domaine réservé de l’enfantement au profit des hommes, le sexe féminin perd sa légitimité égalitaire. À la lumière d‘écrits scientifiques, littéraires ou épistolaires et à travers la découverte des personnages de fiction et de voix féministes avant l’heure, les images et les fantasmes liés à la procréation apparaissent. Des auteurs sont interrogés, des écrivaines se confient et les visions d'Honoré de Balzac et de George Sand se croisent et interrogent notre propos. Les acquis législatifs féminins paraissent inversement proportionnels aux avancées d'une médecine qui entraînent des transformations irréversibles autour de la naissance. Ni les révolutions, ni les progrès scientifiques n’accélèrent la progression vers l’égalité des sexes de manière significative. À l’aune de l’évolution obstétricale, dans un cadre sociétal et littéraire, le débat s'instaure autour de l’émancipation féminine, soutenu par la multiplicité des représentations de la maternité. Au fil des lectures, l’enfantement se dévoile et soulève des hypothèses relatives au rôle de la femme par sa fonction reproductrice.

  • Titre traduit

    Childbirth's fictional representations and female empowerment from Sade to Sand.


  • Résumé

    The period of investigation begins with Sade’s birthdate in 1740 and ends at George Sand’s death in 1876, a choice inspired by the two writers' antagonistic vision about female gender and by the will to embrace a large corpus due to the lack of child birth scenes in the French novel. The study emphasises the abundant medical literature, the testimonies of famed, as well as nameless women, and the productions of French writers, who enlighten the liberation of women and the development of medicine and obstetrics and acquaint with the customs of the period on the subject of childbearing. Over more than one century, it is a question of enfolding the medical, social, and literary issues, of the act of « giving life », through a multidisciplinary range. Throughout our readings, childbirth arouses interrogations about constitutive subjects of the woman status. The decrease of mother and child mortality is an advancement for female gender, but has brought no social change, so we attempt to clear up the reasons of an impossible access for parity. During 18th century, by monopolising the feminine intimate sphere of childbirth, male scientists seem to have definitely withdrawn parity for women and abolish their legitimacy for equality. Through medical writings, popular publications, literary and epistolary texts, fictional characters and testimonies, the images and fantasies of procreation are revealed. With the visions of Honoré de Balzac and George Sand, a comparison between male and female authors provides a fresh perspective and brings an original questioning on motherhood. The legislative advancements for women appear to be inversely related to the progress of science, however changes about childbirth are irrevocable. Neither revolutions, nor medical advances have significantly promoted equality between men and women. In a societal and literary approach, framed by real or fictional figures of motherhood, the argument evolves from obstetrics to the question of women empowerment.