Gouvernance mondiale de l'alimentation et de l'agriculture. Les enjeux des biens publics mondiaux face aux attentes des groupes d'intérêts.

par Jean-jacques Soula

Projet de thèse en Sciences Politiques

Sous la direction de Chantal Delsol mill0n.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de OMI - Organisations, Marchés, Institutions , en partenariat avec LIPHA - Laboratoire Interdisciplinaire d'Etude Politique HANNAH ARENDT (laboratoire) depuis le 01-01-2014 .


  • Résumé

    La gouvernance mondiale de l'alimentation et de l'agriculture, née véritablement au sortir de la seconde guerre mondiale, a été de plus en plus contestée en raison de sa faible efficacité, à partir du tournant du millénaire. Une réforme en profondeur de la FAO a été engagée et le pôle romain des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture a été renforcé. Il s'agit toutefois d'une progression lente dont les effets ne seront pas visibles avant des années. Il existe encore une faiblesse du dispositif multilatéral qui doit faire face à la montée en puissance des acteurs de la société civile et à la compétition accrue des entreprises, confrontées à la mondialisation des échanges, qui poussent ces deux entités à empiéter sur le mandat des institutions internationales, voire à se l'arroger, au gré de leurs idéaux et de leurs intérêts. Dès lors la question posée, objet du travail de thèse, est comment concilier la coordination des réponses qui doivent être apportées à la lutte contre la faim, en tant que cause mondiale pour laquelle des instances multilatérales sont mandatées, avec les positions qui émanent de groupes de pression et lobbies multiples, visant à défendre leurs options politiques et leurs intérêts propres? A l'issue de cette investigation, des pistes seront proposées pour tenter de concilier, au plan de la structuration et du fonctionnement du dispositif de gouvernance mondiale, l'impérieuse nécessité d'obtenir de meilleurs résultats dans la lutte contre la faim, tout en prenant mieux en considération les attentes sociétales et les contraintes des opérateurs économiques.

  • Titre traduit

    Global governance of food and agriculture. Challenges of global public goods facing the expectations of interest groups.


  • Résumé

    The global governance of food and agriculture, truly born out of the Second World War, was increasingly disputed because of its low efficiency, from the turn of the millennium. A reform of FAO has been engaged and the Roman pole of the United Nations for Food and Agriculture has been strengthened. However, this is a slow progression whose effects will not be visible until years. There is still a weakness of the multilateral system which must cope with the rise of civil society and the increased competition from businesses, facing the globalization of trade, which grow both entities to encroach on the mandate of international institutions, or even to arrogate, according to their ideals and interests. Therefore the question, subject of this thesis, is how to reconcile the coordination of responses that must be made in the fight against hunger, as a global cause for which multilateral bodies are mandated, with the positions that emanate from pressure groups and multiple lobbies, to defend their policy options and their own interests? Following this investigation, options will be proposed to try to reconcile, in terms of structuring and functioning of the global governance, the urgent need to achieve better results in the fight against hunger, while taking better into account societal expectations and constraints of economic operators.