L’Orient au regard de l’Occident dans Voyage en Egypte de Gustave Flaubert, Le Nil de Maxime Du Camp, Le Voyage en Egypte d’Eugène Fromentin.

par Nahla Majeed

Projet de thèse en Littérature comparée

Sous la direction de Christine Queffélec.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de 3La - Lettres lingusitique langues et arts depuis le 10-10-2008 .


  • Résumé

    Dans cette recherche, intitulée L’Orient au regard de l’Occident, nous allons étudier avec quelle authenticité les trois auteurs français, Flaubert, Du Camp et Fromentin ont regardé l’Orient ; chacun avait son propre Orient. A travers trois de leurs œuvres, Voyage en Egypte de Gustave Flaubert, le Nil de Maxime Du Camp et Le Voyage en Egypte d’Eugène Fromentin, nous analyserons avec quelle acuité, chacun a perçu et représenté une certaine image de l’Orient. Il est évident que l’Orient est un terme flou ; son étendu géographique couvre également un espace vaste et variable. L’Orientalisme est aussi un champ vaste et ses centres d’intérêts sont aussi variés. Il nous faudra donc déterminer le lieu de chaque voyage. Dans notre corpus, chacun se situe dans l’Orient de la Méditerranée ; et plus précisément dans l’Egypte pharaonique. Les trois textes comportent d’autres points communs ; ils se situent dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Cette période annonce l’apparition d’une nouvelle génération d’orientalisme, dont le voyage prend l’aspect d’un périple aussi bien littéraire qu’artistique. Flaubert, Du Camp et Fromentin appartiennent à cette génération. Ce qui lie nos trois auteurs, c’est aussi leur vocation artistique et leur tentative pour transformer le texte en œuvre d’art. La thèse comporte trois parties et chacune se divise en trois chapitres. Le premier chapitre de la première partie est un parcours autour du voyage et ses récits. Le deuxième chapitre vise à étudier le voyage comme une écriture de déplacement et une évasion dans l’espace. Le troisième chapitre de la première partie aborde le voyage en tant qu’une évasion dans le temps. La deuxième partie se concentre sur l’art de dire et d’écrire un voyage ; dans son chapitre premier nous mettons en évidence le discours du voyage ; nous y abordons donc le voyage comme un récit. Le deuxième chapitre met en valeur quelques procédés stylistiques du voyage textuel. Le troisième chapitre de la deuxième partie étudie le voyage comme un thème parmi d’autres. Quant à la troisième partie, elle se concentre sur l’art de décrire un voyage. Son chapitre premier étudie la construction descriptive de chacun des trois récits. Le deuxième se concentre sur l’aspect purement esthétique des nos trois œuvres. Le troisième chapitre de la troisième partie met en valeur la philosophie pessimiste ; il révèle également les divers aspects de la nouveauté et de la modernité dans ces récits. Pour conclure, nous verrons combien les voyages chez chacun des trois auteurs ne sont en fait qu’une aventure intellectuelle dont le langage est le moyen et le but.


  • Pas de résumé disponible.