Phénomènes de corps dans l'autisme

par Marie Selin

Projet de thèse en Psychopatologie

Sous la direction de Jean-Claude Maleval.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) depuis le 01-10-2013 .


  • Résumé

    Ma réflexion sur la question des phénomènes de corps a commencé par un travail dans le cadre du Master Recherche. Ce travail portait sur les faits cliniques observables dans la clinique avec de jeunes sujets autistes : corps chu, hyperlaxe, automutilé et la question était d'interroger les différences entre des phénomènes qui se retrouvaient dans la psychose et dans l'autisme. La clinique avec les sujets autistes nous enseigne avec acuité que le corps ne prend forme que d'être pris dans les lois symboliques du langage et que l'humanisation de l'organisme ne procède que d'un appareillage au langage.Ainsi, nous pouvons assister à un certain nombre de phénomènes de corps qui font désordre, plus ou moins bruyants, plus ou moins violents, plus ou moins angoissants pour celui qui a à s'occuper de ces petits sujets peu bavards. Parmi ces phénomènes bruyants, nous rencontrons la pratique de l'automutilation qui revêt différentes formes avec des actes automutilatoires qui sont plus ou moins graves, chroniques ou ponctuels. Phénomène transnosographique que nous pouvons observer dans différentes structures cliniques, l'automutilation est un acte qui laisse une marque sur le corps du sujet, allant parfois jusqu'à cette trace indélébile, cicatrice en creux dans la chair du sujet. La question essentielle sera d'étudier ces phénomènes de corps en l'articulant à la structures et d'en préciser les particularités pour chaque structure et plus particulièrement dans l'autisme où le sujet présente un corps malade du chaos pulsionnel.


  • Pas de résumé disponible.