Perception de la qualité de l'interprétation dans les médias

par Lucille Chevalier

Thèse de doctorat en Traductologie

Sous la direction de Daniel Gile.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Langage et langues (Paris) , en partenariat avec Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (établissement de préparation) et de CLESTHIA (Paris) (laboratoire) depuis le 25-11-2013 .


  • Résumé

    16 extraits d’interprétations télévisées et webstreamées ont été écoutés, commentés et évalués par un panel de 62 non-interprètes et 7 interprètes. Les réactions des non-interprètes donnent à penser que l’interprétation fonctionne en ce sens qu’elle semble plus ou moins transparente pour eux et ne fait pas écran à la réception du discours de l’orateur·trice. Les commentaires portent sur la forme de l’interprétation plus que sur le contenu. Il apparaît que les non-interprètes (PNI) prêtent attention à certains paramètres déjà étudiés dans la littérature (notamment intonation et fluidité) mais également à certains (méta)paramètres jusqu’ici peu explorés (équilibre des volumes sonores ; image de l’orateur·trice telle que transmise par l’interprétation ; transmission de la charge émotionnelle de l’original). Aucun paramètre ne ressort comme décisif pour l’évaluation globale de la qualité. Les paramètres de qualité ne sont pas abordés seulement isolément ; ils interagissent, et notamment, la perception de la forme et celle du fond semble étroitement liées, et la confiance de l’auditeur semble déterminée par plusieurs facteurs relatifs à la forme et au contenu. Des différences apparaissent entre interprètes et non-interprètes : les interprètes semblent plus sensibles à la forme textuelle ; seuls les non-interprètes ont signalé de fausses erreurs ; les non-interprètes semblent écouter en priorité le message, et lorsqu’illes réagissent à l’interprétation per se, ce n’est souvent que dans un deuxième temps.

  • Titre traduit

    Perception of media interpreting quality


  • Résumé

    62 non-interpreter participants and 7 interpreter participants listened to 16 different extracts of interpretations that had been initially broadcast either on TV or on the web. The participants commented and rated these recordings. Non-interpreters’ comments tend to show that the interpretation “works”, i.e. it seems to carry the speaker’s message across and does not constitute an obstacle. Comments tend to focus on form rather than content. Non-interpreters seem to pay attention to quality parameters which already feature in the literature (in particular intonation and fluidity) but also to some (supra)parameters which have rarely been studied so far: the balance between the sound levels of the original speech and its interpretation; the way the speaker is portrayed through the interpretation; and the way emotion in the source speech is conveyed in the interpretation. None of the individual parameters identified in the present study turned out to have a clear-cut, major influence on overall quality assessment. The present thesis studies not only individual quality parameters but also interactions between them. In particular, perceptions of form and content seem to be closely linked, and listeners’ trust seems to be determined by a number of both form- and content-related parameters. Some differences between the two groups of participants emerge. Interpreters seem more sensitive to wording. False errors were flagged up only by non-interpreters. Non-interpreters seem to listen to the speaker’s message first and foremost; their reactions to the interpretation itself tend to come later, if at all.