L'édition critique de la première partie de Jourdain de Blaves : enjeux linguistique d'une mise en prose

par Laura-Maï Dourdy

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Gabriella Parussa.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Langage et langues (Paris) , en partenariat avec Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (établissement de préparation) depuis le 22-10-2013 .


  • Résumé

    La tradition textuelle pluriséculaire de Jourdain de Blaye/Blaves est assez dense. À partir d’une étude de cette tradition¬, notre thèse présente une édition de la première partie de Jourdain de Blaves, l’une des mises en prose anonymes de la chanson de geste en alexandrins Jourdain de Blaye. L’édition s’accompagne d’un apparat critique de notes et de variantes ainsi que d’un glossaire. Ainsi, ce travail explore la tradition de Jourdain de Blaye/Blaves, qui s’inaugure avec une chanson de geste en décasyllabes composée au début du XIIIe siècle. La chanson a d’abord été remaniée et augmentée une première fois au début du XVe siècle dans une version en alexandrins. Elle a ensuite été mise en prose à deux reprises au même siècle. L’une des versions en prose est contenue dans un manuscrit unique (le ms. Aberyswyth, NLW, 5022D) et l’autre nous est parvenue à travers cinq éditions parisiennes du XVIe siècle. Au vu de l’examen préalable de cette tradition textuelle, le choix de l’editio princeps de Michel Le Noir (1520) est apparu le plus fécond pour l’établissement d’une édition critique. L’imprimé se situe en effet à l’interface entre la chanson en alexandrins, dont il est le plus proche d’un point de vue textuel, et les autres éditions du XVIe siècle qui ont toutes été réalisées à partir de l’imprimé de Michel Le Noir. Notre travail offre une première comparaison de la chanson en alexandrins et du texte de l’édition de Michel Le Noir qui donne lieu à une réflexion sur le rapport entre vers et prose. Un second corpus constitué des cinq éditions du XVIe siècle constitue non seulement un accès privilégié aux stratégies éditoriales des imprimeurs de l’époque mais aussi un observatoire idéal des changements linguistiques. Outre ces deux analyses contrastives, nous cherchons à révéler l’intérêt linguistique du texte de l’édition Le Noir. L’étude de la langue met notamment en lumière une syntaxe étonnante et une représentation complexe de l’oral. Ce travail d’analyse et de comparaison du texte de l’editio princeps permet d’enrichir les réflexions philologiques, linguistiques et littéraires développées tout au long de la thèse.

  • Titre traduit

    A critical edition of the first part of Jourdain de Blaves : analysis of the derhyming process


  • Résumé

    The tradition of Jourdain de Blaye/Blaves is quite dense. After a study of this tradition, this thesis presents a critical edition of the first part of Jourdain de Blaves, one of the anonymous prose texts derhymed from the chanson de geste written in alexandrines, Jourdain de Blaye. This thesis also provides notes, variants and a glossary with the edited text. This study explores the textual tradition of Jourdain de Blaye/Blaves. The tradition starts with a chanson de geste written in decasyllables in the early thirteenth century. This text has been rewritten and amplified in alexandrines at the beginning of the fifteenth century. Then, in the same century, it was translated into two unrhymed texts. The first one is contained in the unique manuscript from the National Library of Wales (ms. Aberyswyth, NLW, 5022D). The second one was transmitted in five printed editions published in Paris in the sixteenth century. The study of the tradition led us to choose the editio princeps of Michel Le Noir (1520). This imprint has a strategic place in the textual tradition; it is very close to the version written in alexandrines and all the sixteenth century editions were made from the one of Michel Le Noir. Through an initial contrastive analysis, this thesis compares the mise en prose to the clearly identifiable versified source and offers considerations on the interplay between verse and prose. Then, a second comparison between the five printed editions originating from the sixteenth century allows this thesis to give an insight into the work of printer-editors and their editorial strategies. Moreover, the study serves to demonstrate that micro-corpora of re-editions are notably useful in the study of language change. Complementing the aforementioned studies, this work emphasizes the linguistic richness of the edited text of Michel Le Noir’s imprint. The most noteworthy features are to be found in the study of syntax as well as in the one of represented oral speech. The accumulated analyses aim to enrich the philological, linguistic and literary reflections developed in this thesis.