Art et Sciences du vivant : pratiques et théories, entre possibles et fantasmes.

par Charleyne Boyer

Projet de thèse en Arts plastiques

Sous la direction de Denis Briand.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Arts, Lettres, Langues (Rennes) depuis le 01-10-2013 .


  • Résumé

    Les nouvelles technologies et les progrès en génétique ont considérablement modifiés notre vision du devenir humain, et du vivant en général. On ne peut plus considérer, aujourd’hui, l’évolution comme un simple fait de la nature mais comme quelque chose qui découle également de la manipulation humaine. La science et les biotechnologies ouvrent de nouvelles possibilités et avec elles de nouvelles questions : Comment allons nous évoluer ? Quelle sera la part des manipulations génétiques dans notre évolution ? Allons nous choisir de laisser la nature faire ? Est-ce que contribuer à notre évolution physique fait partie d’un plan de la nature ? Allons nous - mais n'avons nous pas commencé ?- participer à l’évolution des espèces qui nous entourent ? Certains artistes se sont appropriés ces questions de l’évolution à travers différentes recherches plastiques. Certains, à l’image d’Eduardo Kac et de Stelarc, utilisent les bio-technologies pour modifier le vivant, offrant ainsi un questionnement sur les possibilités des manipulations génétiques. Ces artistes vont, pour moi, au delà de l’imaginaire en créant des œuvres dont la description seule semblerait sortir d’une œuvre de science-fiction : une oreille greffée à un bras, un lapin vert... D’autre comme Carsten Höller dans ses premières oeuvres, s’interroge sur certaines théories de l’évolution, comme celle du Gène égoïste. Je me propose à travers ce travail de recherche de questionner ces différentes pratiques en m’appuyant principalement sur l’aspect fantastiques que de telles oeuvres peuvent déclencher. Comment l’art contemporain pense-t-il, aujourd’hui, l’évolution, dans son aspect le plus sérieux comme dans son aspect le plus fantastique ?


  • Pas de résumé disponible.