Devenir sociaux en contextes révolutionnaires : la famille Monnet de Lorbeau de la fin du XVIIIe siècle à la révolution de 1830

par Benoit Sancé

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jérôme Grévy et de Anne Jollet.

Thèses en préparation à Poitiers , dans le cadre de Lettres, pensées, arts et histoire « civilisation et littérature de l'antiquité à nos jours »Ed 525 depuis le 11-10-2013 .


  • Résumé

    La démarche de ce projet de thèse vise à reprendre l'étude des effets sociaux produits par le conjoncture révolutionnaire sur un groupe familial. Il s'agit d'étudier, à travers les diverses branches des descendants d'un solide fermier général du XVIIIeme siècle, comment les conjonctures diverses, socialement et politiquement de la décennie révolutionnaire, de l'Empire, puis de la Restauration contribuent à un renouvellement des élites, métissées des divers expériences politiques, culturelles rencontrées.Le choix de cette famille est associé au fait qu'elle a entretenu elle-même le souci de la mémoire et de l'histoire de la famille. Nous avons donc pu constituer un vaste ensemble documentaire en reconstituant des fonds de lettres, de mémoires, dispersés entre archives publiques et archives privées conservées dans plusieurs sites. Ces sources familiales permettent d'aborder la façon dont les membres de la famille analysent leurs propres ambitions, réussites et échecs sociaux, comment ils se voient les uns les autres, comment ils masquent certaines expériences passées ou présentes, comment ils en valorisent d'autres. Une des dimension de l'étude permise par cette reconstitution documentaire est d'aborder l'histoire familiale comme une autoconstruction des élites, aux ambitions divers selon le positionnement politique et social des différents membres de la famille.


  • Pas de résumé disponible.