Intelligence Artificielle et Education : La Formation Professionnelle et Les Formations Digitales

par Mahjoub Bayassine

Projet de thèse en Sciences de l'éducation - Cergy

Sous la direction de Line Numa-Bocage.

Thèses en préparation à Cergy-Pontoise , dans le cadre de École doctorale de droit et sciences humaines (Cergy-Pontoise, Val-d'Oise) , en partenariat avec Bien être Organisations Numérique Habitabilité Education Universalité Relation Savoirs (laboratoire) depuis le 03-09-2018 .


  • Résumé

    Mon Projet est la préparation d'une thèse autour de l' Intelligence Artificielle et son Impact sur la Formation et l'Education. L'éducation offre-t-elle à la prochaine génération les compétences dont elle aura besoin pour réussir une nouvelle ère d'automatisation et d'intelligence artificielle? Une grande partie du débat public sur l'automatisation tend à se concentrer sur la question de savoir s'il y aura suffisamment d'emplois à l'avenir, ou si nos vies seront priss en charge par des robots. C'est le mauvais débat à avoir : comme nous l'avons vu avec les nouvelles technologies dans le passé, il y aura probablement suffisamment de travail à l'avenir pour assurer le plein emploi. Mais les puissantes technologies que nous prenons pour acquises dans nos smartphones commencent à être adoptées sur le lieu de travail et perturberont le travail. Mes recherches devraient montrer si l'automatisation et l'adoption de l'IA au cours de la prochaine décennie nécessiteront de nombreuses personnes pour changer de métier et acquérir de nouvelles compétences. En effet, les besoins en compétences sur le lieu de travail évoluent rapidement. Aujourd'hui, tout le monde a besoin de capacités digitales de base, que ce soit les chauffeurs de camion qui configurent leurs appareils GPS ou les photographes qui retouchent les photos de mariage. Certaines des compétences les plus couramment utilisées seront considérablement moins sollicitées à l'avenir et, à l'inverse, certaines compétences moins courantes deviendront de plus en plus importantes. Les compétences technologiques constituent un point de départ évident. Aujourd'hui, elles représentent la plus petite catégorie des 25 compétences de base que nous avons examinées, mesurées par le nombre d'heures de déploiement au travail.

  • Titre traduit

    Artificial Intelligence and Education: Vocational Training and Digital Training


  • Résumé

    My Project is the preparation of a PhD on Artificial Intelligence and its Impact on Training and Education. Does education provide the next generation with the skills it will need to succeed in a new era of automation and artificial intelligence? Much of the public debate on automation tends to focus on whether there will be enough jobs in the future, or whether our lives will be supported by robots. This is the bad debate to have: as we have seen with new technologies in the past, there will probably be enough work in the future to ensure full employment. But the powerful technologies we take for granted in our smartphones are starting to be adopted in the workplace and will disrupt work. My research should show if automation and adoption of AI in the next decade will require many people to change jobs and learn new skills. Indeed, skill needs in the workplace are changing rapidly. Today, everyone needs basic digital capabilities, whether it's Truck drivers who set up their GPS devices or photographers retouching the wedding photos. Some of the most commonly used skills will be considerably less used in the future and, conversely, some less common skills will become more important. Technological skills are an obvious starting point. Today, they represent the smallest category of the 25 core competencies we examined, measured by the number of hours deployed at work.