Antiquité imaginaire de Robespierre : la transformation de l'idéal républicain dans la France du XVIIIe siècle entre l'Ancien Régime et la Révolution

par Ariane Fichtl

Thèse de doctorat en Histoire des mondes modernes

Sous la direction de Hervé Leuwers et de Lothar Schilling.

Le président du jury était Michel Biard.

Le jury était composé de Hervé Leuwers, Lothar Schilling, Michel Biard, Marisa Linton, Rainer Babel, Gregor Weber.

Les rapporteurs étaient Marisa Linton, Rainer Babel.


  • Résumé

    La thèse examine certaines conceptions historiques, politiques et sociales d'un personnage-clé de la Révolution française, Maximilien Robespierre, par rapport à la tradition du républicanisme-classique. Elle identifie des traits caractéristiques de la culture politique tirée des républiques antiques : leur rhétorique et leurs stratégies de légitimation du pouvoir, appuyées sur des valeurs morales des aïeux, grands hommes et pères des républiques de l'Antiquité. Portant attention aux modèles de morale politique, par l'approche méthodologique de l'école de Cambridge qui exige l'interaction indissoluble entre la rhétorique collective et l'application individuelle par des acteurs politiques, il s'agit de suivre le "double rôle" de Robespierre, à la fois penseur et homme d'action, dont les conceptions correspondent à une nouvelle culture politique, partagée et contestée par les membres de l'élite intellectuelle française du XVIIIe siècle. Il s'agit ainsi d'interroger l'évolution des références à l'Antiquité républicaine comme moyen d'identification et d'interprétation, en un moyen d'action politique activement employé par les députés pour réclamer une sorte d'authenticité révolutionnaire, et la transformation de l'idéal républicain à l'ombre des événements révolutionnaires pour construire une première expérience républicaine en France.

  • Titre traduit

    Robespierre's imaginary antiquities : the transformation of the Republican ideal in eighteen-century France between the Ancien Regime and the Revolution


  • Résumé

    The present PhD project examines certain concepts of historical, political and social nature, that are ascribed to a key figure of the French Revolution, Maximilien Robespierre, and correspond to the classical-republican tradition. Hereby are traits to be identified that are characteristic of the political culture of ancient republics, including rhetorical strategies of legitimating power which are referencing moral qualities of famous and illustrious ancestors, statesman and founding fathers of the republics of Classical Antiquity. The methodological approach of the socalled Cambridge School, that claims an indissoluble interaction between a collectively used rhetorical style and its application by individual political actors, is being employed in order to draw attention to models of political moral and to follow Robespierre's "double-role" as political thinker and actor, whose concepts are corresponding to a new political culture that was shared as well as contested by his contemporaries, belonging to the cultural elite of eighteenth-century France. It is therefore interrogated the issus of the evolution of references to the Republican Antiquity from an approved rhetorical and artistic device to an instrument of political action at the end of the eighteenth-century, that had been actively employed by the deputies of the French National Assemblies in order to claim revolutionary authenticity ; as well as the transformation of the Republican ideal during the revolutionary process that made possible the advancement of a first republican experience in France.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Lille. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.