Entre la chair et le contour, entre la nature et l'antique : essai sur la sculpture et ses principes en France au XVIIIe siècle

par Aline Magnien

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Christian Michel.

Soutenue en 2001

à Paris 10 .


  • Résumé

    Le but de ce travail est de relier théorie et pratique, oeuvres et discours dans le cadre d'une réflexion sur la sculpture du XVIIIe siècle entre 1680-1830 environ. Cette réflexion s'articule autour de trois grands axes, la théorie des proportions, les enjeux anatomiques et la relation avec l'antiquité. La première partie concerne les proportions, ce "vêtement d'idées", selon l'expression de Husserl mais qui s'inscrit pour les artistes dans une pratique. A partir du terreau que constituent les textes de la Renaissance et du XVIIe siècle, elle s'efforce de montrer l'arrière-plan intellectuel et les évolutions de ces schémas de pensée. Il s'agit d'articuler les relations entre l'antiquité et la création, les proportions et l'anatomie. La deuxième partie a, en effet, pour objet principal l'anatomie et son enseignement au XVIIIe siècle. Notre hypothèse étant qu'il existe une interaction entre le canon médical et le canon artistique, il nous fallait cerner comment évoluait l'anatomie dans sa perspective de savoir autonome et dans ses liens avec la sculpture. La question du beau, beau naturel, beau artistique sont aussi au coeur du sujet. L'évolution des conceptions anatomiques et la théorie des proportions ont un lien direct avec un autre des pôles majeurs de l'art à l'époque, l'expression des caractères et des passions. Se mêlent donc dans la troisième partie, questions de composition et disposition dans le cadre d'une réflexion sur l'imitation dans l'art sculptural. Enfin, dans la dernière partie, nous avons essayé de cerner les enjeux esthétiques du travail matériel et de nous pencher sur des aspects très concrets des oeuvres sculptées. La querelle de la chair et du contour n'est pas l'équivalent de celle de la couleur et du dessin, mais entretient des liens avec cette problématique. D'autre part, le nu pose la question des limites de la représentation dans la sculpture. Le texte se clôt par la mise en parallèle d'Emeric-David et de Quatremère de Quincy, qui ouvre en même temps sur les problèmes esthétiques du XIXe siècle. Le plan est donc à la fois chronologique, partant du XVIe siècle pour conclure avec les théories sur l'idéal de Quatremère de Quincy en 1837, et thématique en même temps, les textes et les oeuvres ne respectant pas les distinctions chronologiques classiques.

  • Titre traduit

    Between flesh and contour, nature and antiquity : an inquiry about sculpture in France during the eighteenth century


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    This thesis is a reflexion on eighteenth-century sculpture, between 1680 and 1830. Its intention is to link theory and pratice, and works of art and discourse. It is based on three main approaches : the theory of proportions, anatomical issues and relations with antiquity. The first part is concerned with proportions, the "clothing of ideas" in Husserl's expression, but which, for artists, is a component of their practice. Drawing on the rich material of Renaissance and seventeenth-century texts, the aim is to examine the intellectual background and evolution of these modes of thought articulating the relations between antiquity and creation, proportions and anatomy. Anatomy, and the way anatomy was taught during the eighteenth century, is the central object of the second part. Our hypothesis is that there a certain interplay between the medical canon and the artistic canon. Within this hypothesis, it was necessary to look at how anatomy was evolving both as an autonomous domain of knowledge and in its links with sculpture. Questions of beauty, natural beauty and artistic beauty are also central here. The development of anatomical conceptions and the theory of proportions have direct associations with another of the major poles of art at the time, that is to say the expression of characters and of passions. The third part of our theisis, then is a mix of questions to do with composition and disposition as they relate to the question of imitation in the art of sculpture. In the last part of the thesis, we have tried to identify the aesthetic issues in the material aspects of creation, addressing the concrete aspects of sculpted works. The quarrel between flesh and contour is not the equivalent of the quarrel between colour and line, but nonetheless has links with this problematic. Furthermore, the nude raises the question of the limits of representation in sculpture. The thesis concludes by a parallel approach to the writings of Emeric-David and Quatremère de Quincy, a comparison which is also an opening to the aesthetic problems of the nineteenth century. Starting in the sixteenth century, then, and concluding with Quatremère de Quincy's theories on the ideal, in 1837, the thesis is both chronological and thermatic, the texts and works not respecting classical chronological distinctions.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 625 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 483-508. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 01 PA10-6

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/2792
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.