Du barrage au guichet. Naissance et transformation des mouvements de chômeurs en Argentine (1990 – 2015)

by Maricel Rodriguez Blanco

Thesis project in Sociologie

Under the supervision of Philippe Urfalino.

Ongoing thesis at Paris, EHESS , under the authority of École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales since 01-01-2006 .

  • Alternative Title

    From Roadblocks to Welfare Offices. Rise and Transformation of Unemployed people’s Movements in Argentine (1990-2015).


  • Abstract

    This thesis focuses on the Piquetero movement in Argentina and its successive transformations during the 2000s in a sociohistorical and ethnographic perspective. This movement was born of the collective actions of the unemployed and precarious workers in the late 1990s against the effects of "neoliberal" reforms. It takes its name from one of its preferred modes of protest, the roadblock or picket, which resulted in the establishment throughout the territory of an extensive network of service providers organizations. From its beginnings, the Piquetero movement has been the subject of a double treatment by the State oscillating ambiguously between repression and recovery. But it is ultimately the second option that will prevail with the introduction of conditional cash transfer programs. In this new configuration of targeted public action, it is now up to the State to delegate the distribution of social assistance to a network of organizations, given their territorial proximity to the underprivileged populations. However, this role of social counter, which tends to introduce – in one way or another – competition between the organizations, thus quickly contributed to fragment the piquetero space even more. As part of this research, we have therefore been interested in the ambivalent effects of the relationship between the state and the social movement based on a historical sociology of piqueteras organization’s space and the analysis of individual participants’ trajectories. before, during and after their engagement. In this work, we sought to combine qualitative and quantitative methods from a large 40-month field survey conducted between 2000 and 2015 in two Argentine provinces. On the one hand, through an ethnography we observed the framework of interactions between leaders, grassroots activists and other members, while multiplying the in-depth biographical interviews with these different categories (N=104). A prosopography of leaders and their militant career (N=76) allowed us, on the other hand, from the statistical methods of factor analysis and hierarchical classification, to report on the structuring of this space of unemployed organizations. In the first part, the thesis focus – with the support of archives and interviews –, on the conditions of the gradual crystallization of a social movement in a space of organizations. Throughout this part, we sought to understand the context, the stakes and the means of action of this protest movement, relating its inscription to the evolution since the beginning of the XXth century of relations between State (the successive governments), political parties and trade unions, and the redefinition of the resulting forms of public action. What is especially striking about this retrospective approach is the anchoring of this movement in a whole range of pre-existing associative structures (basic Christian communities, movements for the struggle for land). To prolong this social history of the movement, a localized treatment of a series of conflicts in the Argentine provinces shows how, in a situation of privatization and rising unemployment, the first movements of the unemployed gradually managed to gain recognition as legitimate interlocutors of governments first at the local and then at the national level. The second part of the thesis is devoted to the analysis of activist practices specific to these organizations with a focus centered on the forms of supervision of the unemployed and precarious workers, then the careers of leaders. The opening of the black box of the organizations thus reveals to what extent their internal functioning results from the capacity of a set of intermediaries to carry out a work of representation, mobilization and management of resources among working classes particularly willing to engage in the long term. The statistical examination of the trajectories of leaders also informed us about the resources necessary to occupy such a position and about their effectiveness in terms of negotiation with the representatives of the State, most of whom have early and long-standing militant experiences in parties, unions and/or local government. In this study of leaders, it was important to highlight what engagement made to their individual journeys as a fraction of this group who could find in organizations real springboards for obtaining representative mandates (deputy, municipal councilor, senator, etc.) and positions in the higher administration (secretary of state to a minister, etc.). Finally, a third part was used to apprehend the associative practices within the organizations by the uses that the participants make of their commitment. We have sought in the first place to restore the logic that guided the entry of these unemployed and workers in organizations. The profiles recruited were studied to show what are the conditions of engagement of these unemployed and precarious workers over time, as well as the effects on their trajectories. It was then with the observation of the practices especially during the assemblies that it was possible to take the measurement of the principles of supervision tense between militancy and management which weigh on the participants. If this fraction of precarious people testifies within the working classes forms of mobilization and resistance particularly exemplary, they also tend to deploy modes of accommodation to organizations, differentiated according to their socialization, and the volume and nature of their resources. This thesis could be of interest to all those working on issues related to state transformations and public action, their paradoxical effects, but also to the questions of institutionalization of social movements and, more broadly, of all that concerns to the social question in the political systems in the countries of the South.


  • Abstract

    Cette thèse porte dans une perspective sociohistorique et ethnographique sur le mouvement piquetero en Argentine et ses transformations successives durant les années 2000. Ce mouvement qui est né des actions collectives des chômeurs et travailleurs précaires à la fin des années 1990 contre les effets des réformes « néolibérales » et tient son nom de l’un de ses modes de protestation privilégié, le barrage de route ou piquete, a en effet donné lieu à l’implantation sur tout le territoire d’un vaste réseau d’organisations prestataires de services. Dès ses débuts, le mouvement piquetero a fait l’objet d’un double traitement de la part de l’État oscillant de manière ambiguë entre répression et récupération. Mais c’est finalement la deuxième option qui va l’emporter avec la mise en place de programmes de transferts conditionnés des ressources (Conditional Cash Transfer Programs). Dans cette nouvelle configuration de l’action publique ciblée, il s’agit désormais pour l’État de déléguer la distribution des aides sociales à un réseau d’organisations, au regard de leur proximité territoriale avec les populations précarisées. Or, ce rôle de guichet, qui tend à introduire d’une manière ou d’une autre de la concurrence entre les organisations, a ainsi rapidement contribué à fragmenter encore davantage l’espace piquetero. Dans le cadre de cette recherche, nous nous sommes donc intéressés aux effets ambivalents des rapports entretenus par l’État avec un mouvement social sur la base d’une sociologie historique de l’espace des organisations piqueteras et de l’analyse des trajectoires individuelles et collectives des participants, avant, durant et après leur engagement. Au cours de ce travail, nous avons cherché à combiner méthodes qualitatives et quantitatives à partir d’une vaste enquête de terrain menée pendant 40 mois, entre 2000 et 2015, dans deux provinces argentines. D’une part, à travers une ethnographie nous avons observé le cadre des interactions entre leaders, militants de base et autres membres, tout en multipliant les entretiens biographiques approfondis auprès de ces différentes catégories (N=104). Une prosopographie des leaders et de leur carrière militante (N=76) nous a, d’autre part, permis à partir des méthodes statistiques de l’analyse factorielle et de la classification de rendre compte de la structuration de cet espace des organisations de chômeurs. La thèse s’attache d’abord, dans une première partie, à l’appui d’archives et d’entretiens, à mettre en lumière les conditions de possibilité de la cristallisation progressive d’un mouvement social en un espace d’organisations. Tout au long de cette partie, nous avons cherché à appréhender le contexte, les enjeux et les moyens d’action de ce mouvement contestataire, en rapportant son inscription à l’évolution depuis le début du XXè siècle des rapports entre État (les gouvernements successifs), partis politiques et syndicats, et aux redéfinitions des modalités de l’action publique qui en découlent. Ce qui frappe tout particulièrement au travers de cette approche rétrospective, c’est notamment l’ancrage de ce mouvement dans tout un ensemble de structures associatives préexistantes (communautés chrétiennes de base, mouvements de lutte pour la terre). Pour prolonger cette histoire sociale du mouvement, un traitement localisé d’une série de conflits dans les provinces argentines donne à voir la façon dont dans une conjoncture de privatisations et de montée du chômage, les premiers mouvements de chômeurs sont parvenus progressivement à se faire reconnaître comme interlocuteurs légitimes des gouvernements d’abord au niveau local puis national. La deuxième partie de la thèse est, elle, consacrée à l’analyse des pratiques militantes propres à ces organisations avec une focale centrée sur les formes d’encadrement des chômeurs et travailleurs précaires, puis sur les carrières des leaders. L’ouverture de la boîte noire des organisations révèle ainsi à quel point leur fonctionnement interne résulte de la capacité d’un ensemble d’intermédiaires à mener un travail de représentation, de mobilisation et de gestion des ressources vis-à-vis de fractions des classes populaires particulièrement disposées à s’engager dans la durée. L’examen statistique des trajectoires de leaders nous renseigne par ailleurs sur les ressources nécessaires à l’occupation d’un tel poste et sur leur efficacité en termes de négociation avec les représentants de l’État, liés pour la majorité d’entre eux à d’expériences militantes précoces acquises auprès des partis, des syndicats et de l’administration locale. Dans cette étude des leaders, il était d’important de mettre en évidence ce que l’engagement fait à leurs parcours individuels à l’image d’une fraction de ce groupe qui a pu trouver dans les organisations de véritables tremplins pour l’obtention de mandats représentatifs (député, conseiller municipal, sénateur, etc.) et de postes dans la haute administration (secrétaire d’État auprès d’un ministre, etc.). Enfin, une troisième partie a servi à appréhender les pratiques associatives au sein des organisations par les usages que font les participants de leur engagement. Nous avons cherché en premier lieu à restituer les logiques ayant présidé à l’entrée de ces chômeurs et travailleurs au sein des organisations. Les profils recrutés ont été étudiés pour donner à voir ce que sont les conditions de l’engagement de ces chômeurs et travailleurs précaires dans la durée, ainsi que les effets sur leurs trajectoires. C’est ensuite avec l’observation des pratiques notamment lors des assemblées qu’il a été possible de prendre la mesure des principes d’encadrement tendus entre militantisme et management qui pèsent sur les participants. Si cette fraction de précaires témoigne au sein des classes populaires de formes de mobilisation et de résistance particulièrement exemplaires, ils tendent également à déployer des modalités d’accommodement aux organisations, différenciées suivant leur socialisation, ainsi que le volume et la nature de leurs ressources. Cette thèse pourra intéresser toutes les personnes travaillant sur des problématiques liées aux transformations de l’État et de l’action publique, leurs effets paradoxaux, mais aussi aux questions d’institutionnalisation des mouvements sociaux et, plus largement, de tout ce qui a trait à la question sociale au sein des systèmes politiques dans les pays du Sud.