Musiques et espaces en Tunisie : interactions et mutations

by Yosr Bouhali

Thesis project in Musique et musicologie

Under the supervision of Jean-Yves Bosseur and Jean-Dominique Polack.

  • Alternative Title

    Musics and spaces in Tunisia : interactions and mutations


  • Abstract

    No doubt the posture of a musician and the shoes he wears help him to have a firm grip over the floor and to listen to the sounds that surround him. Similarly, the furnishing of a concert venue as well as its materials and volume, impact the degree of attention given to Tunisian music as a whole. The ornamentation of these places affects the perception of attack transients. The sound landscape in which a musician lives underlines its loudness. The build-up of the sound landscape in Tunisia led to the extension of the traditional composition of the takht and the access of the lady singers to the concert halls. Still, the technological evolution has not been so beneficial to the passing on of the Tunisian traditional music. Within the framework of CarthageInternational Festival, whenever the performers of this particular music try to properly convey their voices and occupy the stage, they end up losing their radiance in favor of other common songs. Some traditional instruments have become very rare and are not subjected to any scientific studies. An interplay of instrument is governed by the brain containing the temporal lobe, but it does not single out the high sound levels adequately. This explains the "hypnotization" of listeners sitting in front of singers of amplified music in a concert hall. Neither can it emphasize the less intense sounds. Tunisian music is better appreciated in smaller frames according to some respondents answering our questionnaire. A good listening is linked to the sound environment. The analysis of the eight venues of the acoustic measurement campaign allowed us to determine the role of certain elements such as mûqarnas, an ornamental motif of Islamic architecture, and fountains to conduct sound. This will lead to the creation of a concert hall for traditional Tunisian music. It will make it possible to distinguish all phonemes and to the musician to listen to the sounds of footsteps. We can validate it in Paris.


  • Abstract

    La posture d’un musicien et les chaussures qu’il porte l’aident à avoir un bon appui au sol et souligner les sons qui l’entourent. L’ameublement d’un lieu de concert, ses matériaux et son volume se répercutent sur le degré d’attention porté aux musiques tunisiennes. Les ornementations de ces lieux influencent la perception des transitoires d’attaque. Le paysage sonore dans lequel vit un musicien souligne sa sonie. L’intensification du paysage sonore en Tunisie conduit à l’agrandissement de la formation traditionnelle du takht et l’accès des chanteuses aux salles de concert. L’évolution technologique n’a pas pour autant été favorable à la transmission de la musique traditionnelle tunisienne. Malgré que les interprètes de cette musique, présentée dans le cadre du Festival International de Carthage, tentent de transmettre leurs voix et occuper la scène, ils perdent de leurs rayonnements au profit des chansons de variété. Certains instruments traditionnels sont devenus très rares et ne font pas l’objet d’études scientifiques. Un jeu d’instrument est régi par le cerveau contenant le lobe temporal. Il souligne moins fortement les niveaux sonores élevés ce qui explique « l’hypnotisation » des auditeurs assis devant les chanteurs de musiques amplifiées dans une salle de concert. Il ne peut pas souligner les sons moins intenses. Les musiques tunisiennes sont mieux appréciées dans des cadres plus restreints selon certains enquêtés répondant à notre questionnaire. Une bonne écoute est liée à l’ambiance sonore. L’analyse des huit lieux de la campagne de mesure acoustique nous a permis de déterminer le rôle de certains éléments comme le mûqarnas, motif ornemental de l’architecture islamique, et les fontaines à conduire le son. Cela nous mènera à la création d’une salle de concert pour la musique traditionnelle tunisienne. Elle permettra de distinguer tous les phonèmes et au musicien d’écouter les bruits des pas. Nous pourrons la valider à Paris.