La lecture éditoriale chez Einaudi : le cas de Natalia Ginzburg (1945-1959)

by Laura Antonietti

Thesis project in Etudes italiennes

Under the supervision of Elena Pierazzo.

Ongoing thesis at Grenoble Alpes and the jointly supervising institution l'Università degli Studi di Milano , under the authority of Langues, Littératures et Sciences Humaines , in a partnership with Laboratoire Universitaire Histoire Culture(s) Italie Europe (laboratoire) since 01-10-2016 .

  • Alternative Title

    Reading for editing at Einaudi's : the case of Natalia Levi-Ginzburg (1945-1959)


  • Abstract

    The main objective of the project is to study the editorial activity of Natalia Ginzburg at Einaudi's (1945-1959). The dissertation focusses on her contribution to the development of projects, decision-making processes, construction of the identity and of the catalogue of the publishing house and, more generally, to the definition of the literature and of the culture of her time. More specifically, the project aims to analyse the reading reports written by Ginzburg concerning the collections of narrative works published by Einaudi, as well as producing a digital edition of these reports. Through reports, the collaborators selected books to be published and therefore, they proposed cultural and editorial models that must be interpreted within a specific historical and cultural horizon. This subject is of particular interest because of the specific work environment of the editorial team of Einaudi's, an intellectual laboratory where each member pursued his personal literary and editorial agenda: among them, it is necessary to mention at least Cesare Pavese, Elio Vittorini, Italo Calvino. Moreover, the study of reading reports, which are mostly unpublished, will provide the basis for a critical reflection on the editorial activity of Ginzburg, in the belief that the editorial writing is a specific and complex critical genre that deserves to be studied with appropriate methods. As for the methodology, the thesis will analyse the historical-cultural context in which Einaudi worked as well as the biographies and the intellectual activities of Ginzburg and of others members of the team; this will be accompanied by the examination of the editorial activity of Einaudi's (and that of other relevant major publishing houses), in order to inscribe this study in the broader context of the publishing, critical and creative activities of Ginzburg. Meanwhile, it will be necessary to create a catalogue of the primary sources and to design and develop a database to handle them; the db will contain, among other details, the description of the documents examined which are mainly hosted by the Historical Archive of Einaudi. After collecting the data, the selected documents will be transcribed and semantically encoded. The model will address various textual aspects such as: structure, content, format and rhetoric. The results will provide the basis for a digital edition, which will take advantage of the complexity of the corpus and showcasing intertextuality, which will hopefully lead to the discovery of aspects that a linear analysis of the documents cannot highlight. The use of digital humanities tools represents a fundamental aspect of this project and will constitute a key element in the interpretation of the documents; this will then enable a critical study of the sources. The results will provide a tool which is aimed, firstly, to historians of the twentieth century Italian book history, and secondly to literary and contemporary Italian culture scholars, especially for those who want to focus on the relationship between creative and editorial activity. Moreover, the project, by unpacking the decision-making process that led to the publication of certain texts as a consequence of the evaluation made by Einaudi's editorial board, will constitute the starting point for further research on, for instance, the genetic edition of the works in question, since indications for the revision of the texts are indeed often found in reading reports.


  • Abstract

    L'objectif du projet est d'étudier l'activité de lecture éditoriale de Natalia Ginzburg chez Einaudi (1945-1959), en analysant de quelle manière elle a contribué à l'élaboration des projets, aux processus décisionnels, à la construction de l'identité et du catalogue de la maison d'édition et, plus généralement, à la définition de la culture littéraire de son époque. De manière plus spécifique, le projet vise à analyser les rapports de lecture rédigés pour les collections d'œuvres narratives d'Einaudi, en réalisant aussi une édition numérique : par le biais de ces rapports les lecteurs éditoriaux sélectionnaient les livres à publier et, par conséquent, ils proposaient des modèles qui doivent être interprétés en fonction d'un horizon historique et culturel spécifique. Ce sujet présente un intérêt particulier pour la spécificité du cadre du travail de l'équipe rédactionnelle d'Einaudi, un laboratoire intellectuel où les membres poursuivaient des idées littéraires et éditoriales personnelles : parmi eux, il est nécessaire de mentionner au moins, Cesare Pavese, Elio Vittorini, Italo Calvino. L'étude des rapports de lecture, qui sont pour la plupart inédits, fournira les bases pour réfléchir sur l'activité éditoriale de Natalia Ginzburg, en particulier en tant que lectrice professionnelle, dans la conviction que l'écriture éditoriale représente un genre critique particulier et complexe qui mérite d'être étudié par des méthodes spécifiques. En ce qui concerne la méthodologie, il faudra analyser et approfondir le contexte historico-culturel, l'activité éditoriale d'Einaudi (ainsi que celle des autres maisons d'édition majeures), la biographie et l'activité intellectuelle de Ginzburg et des autres collaborateurs principaux. Parallèlement, il sera nécessaire de créer un inventaire des sources et concevoir une base de données : elle contiendra les informations essentielles pour la description des documents étudiés, qui se trouvent, pour la plupart, dans les Archives Historiques d'Einaudi à Turin. Après avoir collecté les données, il faudra transcrire les documents sélectionnés et leur appliquer un encodage sémantique. Le modèle couvrira les divers aspects structurels, de contenu, formels et rhétoriques, ainsi que méthodologiques du corpus : il sera ainsi possible de comprendre les caractéristiques les plus intéressantes par rapport au projet et de les analyser. Les résultats obtenus fourniront les bases pour une édition numérique, qui valorisera la complexité du corpus : en réalisant une interrogation transversale et en évaluant l'intertextualité, elle conduira à la découverte de nouveaux parcours, qu'une analyse linéaire des documents ne met pas immédiatement en évidence. L'emploi des outils des humanités numériques représentera un aspect fondamental du projet : ils constitueront un élément clé dans l'interprétation des documents. À partir de cette base de travail, il sera possible de procéder à une étude critique des sources. Les résultats fourniront un instrument utile, d'une part, pour les historiens de l'édition du XXe siècle, d'autre part pour les spécialistes de la littérature et de la culture italiennes contemporaines, en particulier pour ceux qui souhaitent approfondir le lien entre l'activité créatrice et celle éditoriale des hommes de lettres. Par ailleurs, le projet, en reconstruisant les processus décisionnels qui ont conduit à la publication de certains textes lus les collaborateurs d'Einaudi, constituera le point de départ d'un travail de recherche ultérieur qui pourra se consacrer à l'édition génétique des œuvres en question : les premières indications de révision des textes se trouvent en effet souvent dans les rapports de lecture.