Analyse et optimisation technico-économiques des nouveaux services de mobilité basés sur l'usage des véhicules autonomes

by Jaâfar Berrada

Thesis project in Transport

Under the supervision of Fabien Leurent.

Ongoing thesis at Paris Est , under the authority of VTT - Ville, Transports et Territoires , in a partnership with LVMT - Laboratoire Ville Mobilité Transport (laboratoire) since 01-01-2015 .

  • Alternative Title

    Techno-economic assessment of the new mobility services based on the use of the autonomous vehicles


  • Abstract

    The advent of the internet and then of the smartphone, in terms both of facilities and range of services, have led to the development of novel services such as car-sharing, for-hire systems like Uber, carpooling and so on. Furthermore, the potential effect of self-driving for car-based modes have to be investigated in detail, since this will exert profound influence on driving costs and in turn on service affordability and accessibility. Yet such an upsurge also requires profitability on the supply side, and in turn a wide enough demand basis.In addition, privately owned self-driving cars are expected to cause more and longer car trips, may divert passengers from public modes and increase traffic and congestion. The thesis aims to identify, conceptualize and assess business models for urban mobility services based on autonomous vehicles. We are concerned by the technical conditions (i.e. speed, capacity of vehicles, fleet size, dwell time…) and commercial conditions (i.e. production costs, tariff, demand volume…). Concretely, we will propose a technico-economic model to simulate demand and supply of such services. The model will assess optimality conditions for the case of one actor providing a service (e.g. no competitors). Economic, social and environmental impacts will be evaluated.


  • Abstract

    La théorie économique du transport préconise de gérer des services de mobilité en vertu de grands principes généraux : usager-payeur afin de couvrir les coûts de production, pollueur-payeur afin de compenser les externalités produites. Or, l'ère du digital transforme radicalement les coûts de production. La diffusion généralisée de l'internet, des systèmes d'information géographique et de la géolocalisation, des smartphones et des applications mobiles, a augmenté prodigieusement, en transport, la coordination des moyens de production, que sont les véhicules et les agents d'exploitation, et plus largement, les possibilités d'interaction entre clients et serveurs. Il s'ensuit une réduction drastique des coûts de transaction, qui ont longtemps été dirimants en transport public urbain. Le renouveau vivace des services de transport à la demande (dont taxis, Uber…) atteste de ces nouvelles conditions. De plus, la conduite autonome permettra bientôt d'éviter les coûts salariaux de la conduite des véhicules, ce qui constituera une seconde révolution des coûts de production. Enfin, l'électrification des véhicules automobiles se poursuit : l'essor de la nouvelle génération de voitures est certain, tandis que des villes commencent à s'équiper en autobus électriques. Dans ce nouveau contexte, le transport public des voyageurs en milieu urbanisé est entré en transformation. A mi-chemin entre les usages privatifs de véhicules partagés (taxis, autopartage) et les services préprogrammés par lignes d'autobus, quelles formes de services pourront être offertes au moyen d'une flotte de navettes autonomes ? Pour quelles conditions territoriales en termes de demande, de réseau viaire et de compétition multimodale, et selon quel positionnement en termes tant de tarif que de qualité de service ? La Thèse a pour objectif de concevoir des « modèles d'affaires » pour des services de navettes autonomes en milieu urbanisé. Elle s'intéresse à la fois aux conditions techniques telles que la vitesse de circulation, la durée des arrêts pour montée et descente des passagers, les itinéraires à parcourir, et aux conditions économiques que sont les coûts de production, le tarif, le potentiel de demande et de recettes, et finalement le potentiel de rentabilité. Pour intégrer les conditions techniques et économiques, la thèse composera un modèle de simulation offre et demande de mobilité, et le testera sur un cas d'étude de service. Ce modèle appuiera la réflexion pour le « marketing stratégique » du service. Il permettra d'évaluer les impacts sociaux, économiques et environnementaux du service, et d'éclairer les relations à venir entre son producteur et une autorité organisatrice de mobilité soucieuse à la fois de la qualité de service et de la performance environnementale.