Etude des mécanismes d'élongation du follicule ovarien de Drosophila melanogaster.

by Hervé Alegot

Doctoral thesis in Sciences de la vie et de la sante

Under the supervision of Vincent Mirouse.

defended on 24-03-2016

in Clermont-Ferrand 1 , under the authority of École doctorale des sciences de la vie, santé, agronomie, environnement (Clermont-Ferrand) , in a partnership with (GRED) Génétique- reproduction et développement (laboratoire) .

Thesis committee President: Jean-Louis Coudert.

Thesis committee members: Vincent Mirouse, Anne-Marie Pret, Magali Suzanne, Véronique Van de Bor.

  • Alternative Title

    Study of the mechanisms of elongation of the ovarian follicle of Drosophila melanogaster.


  • Abstract

    Tissue elongation plays a key role during development. Schematically, this morphogenetic process can be described by three main parameters: the cue orienting the elongation, the movement generating force and the associated cellular behavior. The Drosophila ovarian follicle, initially spherical, elongates as it develops, ending as a 2.5 time longer than wide mature egg. I found that follicles elongate through at least three consecutive phases and I aimed to determine the parameters of the early phase. The signal comes from a cluster of cells located at each pole of the follicle secreting the Jak-Stat pathway ligand and the subsequent activation of the pathway as a gradient from the poles. A pulling force is generated by the Jak-Stat dependent apical pulsations of the cells following the same gradient. The elongation is stabilized by oriented cell intercalations along the elongation axis and a gradient of apical constriction. Our data allow proposing a mechanism where a gradient of transcription factor activity can lead to epithelial elongation without any planar polarity requirement.


  • Abstract

    L’élongation épithéliale joue un rôle prépondérant au cours du développement. Ce processus morphogénétique peut être décrit schématiquement par trois paramètres : le signal permettant d’orienter l’élongation, la force capable de générer le mouvement et le comportement cellulaire associé. Le follicule ovarien de drosophile, initialement rond s’allonge au cours de son développement résultant en un œuf 2.5 fois plus long que large. J’ai mis en évidence que les follicules traversent au moins trois phases d’élongation successives et je me suis focalisé sur la phase précoce dont les paramètres étaient inconnus. J’ai déterminé que le signal venait d’un groupe de cellules situées aux pôles par la sécrétion du ligand de la voie Jak-Stat puis de l’activation consécutive de cette voie selon un gradient depuis les pôles. La force est apportée par un gradient de pulsations apicales des cellules dépendantes de la voie Jak-Stat générant des forces de traction aux extrémités des follicules. L’élongation est stabilisée par des intercalations cellulaires orientées selon l’axe d’élongation et par un gradient de constriction apicale des cellules. Ces données permettent de proposer un mécanisme où un gradient d’activité d’un facteur de transcription induit une élongation épithéliale indépendamment d’une polarité planaire.


It's available in the institution of thesis defence.

Consult library

Version is available

Where is this thesis?

  • Library : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque numérique.
See the Sudoc catalog libraries of higher education and research.