Les politiques d'éradication du travail des enfants dans l'Etat du Karnataka : l'Inde entre modernité, dérégulation et développement.

by Pierrick Martin

Doctoral thesis in Sciences économiques

Under the supervision of Bruno Lamotte.

defended on 29-03-2012

in Grenoble , under the authority of École doctorale sciences économiques (Grenoble) , in a partnership with Centre de recherche en économie de Grenoble (équipe de recherche) .

Thesis committee President: Chantal Euzéby.

Thesis committee members: Bruno Lamotte, Isabelle Guérin.

Examiners: Bruno Lautier, Gioacchino Garofoli.

  • Alternative Title

    Eradication politiques in Karnataka : India between modernity, deregulation and development


  • Abstract

    The thesis analyzes why Indian child labor policies have evolved to programs that aim at the eradication of child labor, however inefficiently. In order to get there, the adopted approach links segmentationnists and regulationnists theories. The first one analyses rural Indian growth as the heart of the social question. The second one studies the synchrony between policies and social question. The dynamic of child labor policies is seen as a step towards the social construction of an institutional architecture for Indian rural growth. But, given their modernism, these policies have proven unsuitable for Indian rural spaces. Hence, child labor elimination policies increase the spatial segmentation. The thesis considers this dynamic as a revelation of the Indian State modernization. Child labor policies are analyzed in the way of the construction of a capitalist economy in rural spaces. By increasing the spatial segmentation, the Indian state modernization deregulates the Indian path. This dynamic is dangerous for the Indian political system.


  • Abstract

    La thèse étudie un paradoxe apparent, à savoir l'évolution des politiques indiennes à l'égard du travail des enfants de démarches « régulationnistes » vers des stratégies abolitionnistes alors même que ces démarches sont critiquées pour leur inefficacité. La démarche adoptée articule l'approche segmentationniste à la démarche régulationniste de l'Etat. La première permet d'identifier le développement rural comme le cœur de la question sociale. La seconde étudie la synchronie de la dynamique des politiques publiques aux exigences de la question sociale. La généralisation des politiques abolitionnistes est interprétée comme un mécanisme supposé nécessaire à la construction des structures sociales nécessaires à la dynamique économique des zones rurales. Or, le tropisme moderniste des formations éducatives proposées nourrit la désarticulation des cursus aux besoins socioéconomiques ruraux. Ce faisant, les politiques abolitionnistes ne favorisent pas la dynamique des zones rurales ; pis encore, elles participent de l'accroissement tendanciel de la segmentation économique indienne. Partant de ce résultat intermédiaire, la thèse nourrit une analyse en termes de modernisation de l'Etat indien. Les politiques abolitionnistes sont alors entendues comme un corollaire à la construction d'une économie capitaliste. En accroissant la segmentation de l'économie, la modernité indienne dérégule le système socioéconomique. Les contestations politiques grandissantes témoignent de l'instabilité de la trajectoire politique indienne.


It's available in the institution of thesis defence.

Consult library

Version is available

Where is this thesis?

  • Library : Service Interétablissement de Documentation. LLSH Collections numériques.
  • Library : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry-Annecy). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Bibliothèque électronique.
  • Library : Service interétablissements de Documentation. STM. Collections numériques.
See the Sudoc catalog libraries of higher education and research.