Une adaptation du système olfactif au milieu aérien : les Olfactory-Binding Protein (OBP) chez Xenopus laevis et Xenopus tropicalis

by Julie Millery

Doctoral thesis in Neurosciences

Under the supervision of Jean Gascuel.

defended on 2009

in Dijon .

  • Alternative Title

    An adaptation of the olfactory system to the aerial environment: Olfactory –Binding Protein (OBP) in X. Laevis and X. Tropicalis


  • Abstract

    Olfactory Binding Proteins (OBP), commonly associated with aerial olfaction, are currently found in mammals olfactory mucus, but have never been identified in fish. It is not clear yet if OBP is an adaptation of the olfactory system to an aerial environment. Adult olfactory system Xenopus is organized into two olfactory chambers which are thought to be devoted respectively to aquatic (MC) and aerial olfaction (PC). This specificity provides us the opportunity to test this alternative hypothesis. We have identified for the first time Olfactory Binding Protein in Xenopus laevis and tropicalis. By a reverse transcription and 3’ RACE strategy two products were cloned and sequenced. These cloned sequences were used to analyse the expression pattern of the gene by HIS and immunocytochemistry in the olfactory system of two Xenopus species: X. Laevis and X. Tropicalis. The transcripts and the proteins are only present in the aerial chamber supporting the idea that OBPs are an adaptation to aerial olfaction. Moreover, from an EST (expressed sequence tag) library we also demonstrated that X. Laevis has 2 different OBP genes while X. Tropicalis has only one gene.


  • Abstract

    Les Olfactory-binding protein (OBP), sont des protéines largement retrouvées dans le mucus olfactif d’un grand nombre de vertébrés mais elles n’ont cependant jamais été mises en évidence chez le poisson. Assez peu de choses sont connues sur leur fonction exacte au sein du système olfactif mais un rôle dans l’adaptation de ce système au milieu aérien est fortement suspecté. Le xénope possède un double système olfactif composé de deux cavités l’une dédiée à l’olfaction aquatique (CM) et l’autre dédiée à l’olfaction aérienne (CP). Cette particularité nous a permis de tester notre hypothèse. Nous avons pour la première fois caractérisée des OBP chez X. Laevis et X. Tropicalis. Grâce aux techniques de transcription inverse et de RACE 3’, deux produits ont été clonés et séquencés. Ces clones ont été utilisé afin d’étudier les patrons d’expression de ces protéines au niveau du système olfactif de ces deux espèces par HIS et immunocytochimie. Les transcrits et les protéines ont été localisés uniquement au niveau de la cavité aérienne de ces deux espèces soutenant donc l’idée que ces protéines seraient impliquées dans une adaptation du système olfactif au milieu aérien. De plus, suite à une étude réalisée sur une banque de gènes étiquetés, nous avons mis en évidence l’existence d’un second gène d’OBP présent chez X. Laevis uniquement et pas chez X. Tropicalis.

Consult library

Version is available as a paper

Informations

  • Details : 1 vol.(pagination multiple, [208] f.)
  • Annexes : Bibliogr. [185] réf.

Where is this thesis?

  • Library : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Unvailable for PEB
  • Odds : TDDIJON/2009/47
See the Sudoc catalog libraries of higher education and research.