Bases moléculaires de la floraison chez le rosier

by Arnaud Remay

Doctoral thesis in Biologie cellulaire et moléculaire végétale

Under the supervision of Mathilde Briard.

defended on 2009

in Angers , under the authority of UMR 1259 Génétique et Horticulture (INRA - Agrocampus Ouest - Université d'Angers) .

  • Alternative Title

    Molecular basis of rose flowering


  • Abstract

    In perennial plants, molecular control of flowering is still poorly understood. Up to now, flowering control is well described in monocarpic model plants like Arabidopsis thaliana. Gibberellic acids (GA) pathway play an important role in flowering time in monocarpic and physiological study shows that GA inhibit blooming only in non recurrent roses. Recurrent blooming might be explained by a different regulation of floral initiation gene networks using the same known genes or it might involve new unknown genes. The objectives of this work are to isolate and characterise the genes involved in the control of flowering and more precisely of recurrent blooming in rose. Floral initiation is studied at the phenotypic and molecular level in four different genotypes, two of them are a pair of mutants for recurrent blooming. Using a candidate gene approach, we isolated flowering genes, and new candidates are looked for by differential display experiment.


  • Abstract

    Chez les plantes polycarpiques, le contrôle moléculaire de la floraison est encore peu connu, contrairement aux plantes monocarpiques comme Arabidopsis thaliana avec notamment l'implication des acides gibbérelliques (GA). Chez le rosier, les GA inhibent la floraison uniquement chez les génotypes non remontants. La remontée de floraison pourrait être expliquée par une régulation différente des gènes de l'initiation florale impliquant des gènes déjà décrits ou bien des gènes qui ne serait pas encore connus. L'objectif de cette thèse est de rechercher et caractériser les gènes impliqués dans le contrôle de la floraison et plus particulièrement de la remontée de floraison chez le rosier. L'initiation florale est étudiée au niveau phénotypique et moléculaire chez quatre génotypes de rosiers, dont un couple de mutants pour la remontée de floraison. Par une approche gène candidat, des homologues de gènes de floraison sont isolés chez le rosier. De nouveaux candidats sont recherchés par une approche différentielle. . .

Consult library

Version is available as a paper

Informations

  • Details : 1 vol. (176 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 146-166

Where is this thesis?

  • Library : Université d'Angers. Service commun de la documentation. Section Lettres - Sciences.
  • Available for PEB
See the Sudoc catalog libraries of higher education and research.