Seuils et frontières dans les romans de Gabrielle Roy

by Marija Savic

Doctoral thesis in Littérature française, francophones et comparée

Under the supervision of Marie-Lyne Piccione.

defended on 2007

in Bordeaux 3 .

  • Alternative Title

    Thresholds and frontiers in the novels of Gabrielle Roy


  • Abstract

    This study analyzes the images of thresholds and frontiers in the novels of Gabrielle Roy, pointing out their meanings. We begin by examining this matter on the formal level, studying the novels’ beginnings and endings. We continue by analyzing the liminal spaces, both on the static and the dynamic level (e. G. The reader comes across such dichotomies as North vs. South, but also finds images of travelling and relocations). Finally, we point out the importance of images pertaining to abstract boundaries, based on the concept of time. For example, such thresholds exist between day and night or life and death. This study shows the abundance and the force of the notion of margin, confirming the author’s penchant for ambiguity and her need to constantly redraw the line.


  • Abstract

    Nous travaillons sur un corpus de quatre romans: Bonheur d’occasion, Alexandre Chenevert, La Montagne secrète, La Rivière sans repos. Dans une première partie, nous examinons les seuils et les frontières au niveau formel, en étudiant le péritexte et l’épitexte, pour analyser les incipit et les clausules, comme éléments liminaires du récit. Une étude plus approfondie des incipit et des clausules permet de voir qu’ils sont à la fois l’annonce et le reflet de ce que le récit développera ; on met en avant leur rôle stratégique dans la « consommation » et l’assimilation mentales des récits. Dans les deux parties suivantes, l’attention est tournée vers les seuils et les frontières thématiques. Ainsi, la deuxième partie est consacrée à l'étude des seuils et frontières spatiaux: éléments liminaires (seuil, porte, fenêtre), éléments du récit qui fonctionnent comme des frontières (rues, routes) ; on étudie également la nature des mouvements (enjeux de la dynamique des personnages, mouvement centre- périphérie, dynamique des moyens de transport, images du pont, distinction spatiale entre le Nord et le Sud). En revanche, la troisième partie s’oriente vers des seuils et des frontières relevant davantage du temporel : analyse des images se situant à la frontière des deux ou plusieurs notions irréconciliables (jour et nuit, vie et mort, passé/présent/futur, rêve et réalité). A la fin d’un tel examen, une certitude s’impose : l’œuvre de Gabrielle Roy se démarque par la présence constante d’une oscillation entre les notions contraires, difficilement conciliables, qui font d’elle « un être partagé ».

Consult library

Version is available as a paper

Informations

  • Details : 1 vol. (341 f.)
  • Annexes : Bibliogr. : f. 321-334. Index

Where is this thesis?