La catharsis par la parole dans l’œuvre de Valère Novarina

par Inhye Hong

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation française

Sous la direction de Michel Murat.

Soutenue le 23-09-2021

à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) , en partenariat avec CELLF 19e-21e (laboratoire) .

Le président du jury était Renaud Bret-Vitoz.

Le jury était composé de Catherine Brun, Marion Chénetier.

Les rapporteurs étaient Marco Baschera, Mireille Losco-Lena.


  • Résumé

    La catharsis, effet salutaire du théâtre sur le spectateur, a longtemps été considérée comme une vertu à la fois esthétique et émotionnelle propre à la tragédie aristotélicienne. Cependant, on constate que le théâtre moderne et contemporain, qui tourne le dos à la poétique théorisée par Aristote, ne cesse d’offrir le « soulagement mêlé de plaisir » à ses spectateurs. Cette étude examine la possibilité de réconciliation entre la notion antique et l’expérience théâtrale des spectateurs de nos jours, dans le but d’expliquer le « sentiment inconnu » curieusement joyeux, ressenti par des spectateurs de l’œuvre de Valère Novarina, sous l’angle de la catharsis anthropologique par la parole. Dans un premier temps, nous définissons la dramaturgie novarinienne qui, en remplaçant le drame humain par le drame de la parole, renverse les conditions traditionnelles de l’expérience théâtrale. Ensuite, guidés par le fait que la catharsis des passions relève d’une métaphore employée par Aristote, nous établissons un modèle de catharsis propre au logodrame, dont le ressort cathartique est la parole, en gardant le schéma analogique. La catharsis temporelle qui, en nous invitant à nous promener dans la « cathédrale » temporelle, nous délivre du temps raconté, fini et plat, ainsi que la catharsis comique qui, en nous permettant de renouveler notre rapport avec la langue, nous sauve de l’emprise de la langue « fasciste », sont ici prises en compte. Il s’agit de démontrer que chez Novarina, la parole exerce une opération thérapeutique sur notre langue, cette matière spirituelle de l’homme.

  • Titre traduit

    Catharsis by word in Valère Novarina’s theater


  • Résumé

    Catharsis, the salutary effect exercised by theater on the spectator, has been considered to be an aesthetic and emotional virtue, reserved to Aristotelian tragedy. However, we can see that modern or contemporary theater continues to offer the feeling of deliverance, this “pleasurable relief” to its spectators, although it turns its back to the poetics theorized by Aristotle. This study examines the possibility of reconciliation between the ancient notion and the theatrical experience of contemporary spectators, in order to explain the curiously pleasant “unknown feeling” of the spectators of Valère Novarina as anthropological catharsis operated by word. First of all, we define Novarinian dramaturgy’s effect which reverses the modality of theatrical experience by substituting man’s drama by drama of speech. And then, based on the fact that “catharsis of the emotion” has been used as a metaphor by Aristotle, we keep the analogical plan and establish a model of catharsis specific to drama of word, with speech as cathartic medium. Not only catharsis of time which frees us from narrative time, finite and flat while inviting us to discover time as a “cathedral”, but also comic catharsis which saves us from the influence of the “fascist” language, by allowing us to renew our relationship with it are considered. Our interest is to demonstrate that in Novarina’s theatrical work, the word provides a therapeutic operation on our language, this spiritual matter of human being.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible sur intranet à partir du 23-09-2022

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque des thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.