Equity and Transportation : three essays in spatial economics

par Benjamin Carantino

Thèse de doctorat en Analyse et politique économiques

Sous la direction de Laurent Gobillon et de Miren Lafourcade.

Soutenue le 07-10-2021

à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale d'Économie (Paris) .

Le président du jury était Matthieu Crozet.

Le jury était composé de Matthieu Crozet, Pierre-Philippe Combes, Camille Hémet, Benoit Schmutz.

  • Titre traduit

    Transports et Equité : trois essais d'économie spatiale


  • Résumé

    Résultat d’une compétition pour l'accès aux bénéfices de la densité, l'économie spatiale est naturellement le support et le creuset de fortes inégalités. Les infrastructures de transport, et notamment les transports en commun, jouent un rôle majeur dans la structuration de celles-ci puisque c'est par elles que les habitants des lieux éloignés peuvent accéder aux espaces centraux bénéficiaires d'économies d'agglomération. Rien d'étonnant dès lors à ce que les enjeux d'équité prennent une forme spatiale et impliquent les infrastructures. Trois des plus importants mouvements sociaux des deux dernières décennies - les émeutes de 2005, les Bonnets Rouges de 2013 et les Gilets Jaunes de 2019 - ont pris racine dans des revendications d'équité spatiale, souvent associées à l'organisation -ou au prix- des transports. L'économie spatiale peut rencontrer deux types d'enjeux d'équité. L'équité verticale qui correspond à l'égalité de traitement entre ménages disposant de ressources différentes et l'équité horizontale, qui correspond à l'égalité de traitement entre ménages disposant des mêmes ressources. La première est surtout en jeu à l'intérieur des villes, puisque le marché du logement y agit comme un mécanisme de tri spatial qui organise la position des ménages par rapport aux équipements et agglomérations en fonction de leurs revenus. La seconde est surtout en jeu entre les villes, puisqu'elles peuvent être différemment dotées en biens publics et en particulier en infrastructures de transport selon leur taille, à population similaire. Dans un contexte d'accélération de la concentration des activités et des emplois dans les grandes métropoles, de renforcement de la ségrégation urbaine, et d’une possible augmentation des coûts de transport liée à l'augmentation de la fiscalité du carbone, ces enjeux d'équité pourraient devenir plus saillants dans les prochaines décennies. Cette thèse examine trois aspects de l'équité spatiale, à travers le prisme des infrastructures de transport. Les deux premiers chapitres évaluent si l'investissement dans les infrastructures de transport doit viser à satisfaire les enjeux d'équité verticale au sein des villes ou d'équité horizontale entre villes. Le troisième chapitre applique les réflexions des deux premiers à l'acceptabilité de la taxe carbone, et s'interroge sur la possibilité de mobiliser des politiques urbaines, en particulier de transport et d'aménagement urbain, pour répondre aux problèmes d'équité spatiale liés à l'introduction d'une telle taxe.


  • Résumé

    Three of the largest social unrests of the last two decades in France - the 2005 suburban riots, the 2013 Bonnets Rouges and the 2019 Gilets Jaunes movements- were directly associated with claims for spatial justice. It is actually no surprise that equity claims could take a spatial form and involve transportation. Cities are highly unequal structures, being the site of a spatial competition for access to the benefits of density. Transportation infrastructures, and especially public transit, plays a major role in organizing spatial inequalities, since they provide distant land with access to urban agglomeration economies. Without access to transportation, one could not enjoy a full citizenship. Two types of equity issues may be at stake in the spatial economy. Vertical equity, that regards equal treatment between households with different resources, is particularly salient within cities, since the housing market sorts incomes by distance to amenities and agglomeration economies. Horizontal equity, that regards equal treatment between households with similar resources and income, is of particular concern between cities, since the availability of transportation infrastructure, and especially public transport, conditions access to urban benefits for many urbanites. In a context of reinforced urban segregation, acceleration of the concentration of activity and jobs in large metropolis, and rise of transportation costs that could result of the generalization of the carbon tax, such vertical and horizontal equity claims may become more salient in the next decades. This thesis examines three aspects of spatial equity, through the particular scope of transportation infrastructure. The first two chapters assess whether public transit investment should be directed to mitigate vertical equity claims within cities or horizontal equity claims between cities. The third chapter applies the reflections of the first two chapters to the specific case of the fuel carbon tax acceptability and wonders whether urban policies could answer spatial equity issues associated with such a tax.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.