De l’altérité radicale à la dignité de l’autiste

par Marie Selin

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jean-Claude Maleval.

Le président du jury était Sidi Askofaré.

Le jury était composé de Emmanuelle Borgnis Desbordes.

Les rapporteurs étaient Sidi Askofaré, Marie-Jean Sauret.


  • Résumé

    Depuis 2013 en France, l’autisme est le lieu de nombreuses querelles. Il est vrai qu’une des spécificités de la psychiatrie française a été de conserver l’autisme dans la catégorie des psychoses. Dans le discours de la psychanalyse, la question de l’autisme comme structure à part entière ne fait pas toujours l’objet d’un consensus. En effet, ni Freud, ni Lacan n’ont laissé de théorie de l’autisme, comme Freud a pu le faire pour la névrose ou Lacan pour la psychose. Néanmoins les apports de Lacan, même rares, ont été et restent précieux, en témoignent les travaux de Rosine et Robert Lefort qui à partir de son enseignement n’ont pas cessé de creuser la structure de l’autisme pour en faire une structure distincte de la psychose. Dans la suite des travaux de Jean Claude Maleval, ce travail se propose de revenir à la structure pour montrer les différences entre autisme et psychose. En repartant des trois registres, Réel, Symbolique et Imaginaire définis par Lacan comme la structure du sujet de l’Inconscient, nous explorerons le rapport à l’objet voix, à l’usage particulier du signifiant et à la fonction du double. Nous montrerons à partir de la clinique que le rapport à la voix, au double et au signifiant s’organise de manière très différente dans l’ autisme par rapport à la psychose : - la voix omniprésente qui parle au sujet psychotique en le visant particulièrement, s’absente pour le sujet autiste car la voix ne fait pas retour. - le transitivisme à l’origine de l’ image du semblable-dissemblable se trouve en excès dans la psychose et en défaut dans l’ autisme- si le sujet psychotique est plutôt celui qui (dé)joue les signifiants, le sujet autiste est celui qui les fait chuter au signe, faisant de la langue un espace déshabité de toute manifestation du vivant, demeurant dans une radicale extériorité au sujet.

  • Titre traduit

    From radical otherness to the dignity of the autistic subject


  • Résumé

    Since 2013, autism in France has been the scene of many quarrels. It is true that one of the specifics of French psychiatry has been to keep autism in the category of psychosis. In the discourse of psychoanalysis, the question of autism as a full-blown structure is not always the subject of consensus. Indeed, neither Freud nor Lacan left any theory of autism, as Freud was able to do for neurosis or Lacan for psychosis. Nevertheless, Lacan’s contribution, even rare, has been and remain precious, as shown by the works of Rosine and Robert Lefort who, based on his teaching, have not stopped digging into the structure of autism to make it a separate structure from psychosis. In the further work of Jean Claude Maleval, it intends to return to the structure in order to show the differences between autism and psychosis. Starting from the three registers, Real, Symbolic and Imaginary, defined by Lacan as the structure of the subject of the Unconscious, we will explore the link to the object- voice, particular purpose of the signifier and the function of the double. Based on the clinic, we will demonstrate that this relation to the voice, to the double and the signifier is organized in a very different way in autism compared to psychosis : - the omnipresent voice that speaks to the psychotic subject, targeting him in particular, is absent for the autistic subject because it doesn't return.- the transitivism at the origin of the image of the similar-dissimilar appears to be in excess in psychosis and in default in autism.- if the psychotic subject is rather the one who (un)plays the signifiers, the autistic subject is the one who makes them fall to the sign, making language a place devoid of any manifestation of the living, remaining in a radical exteriority to the subject.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2020 par Université Rennes 2 à Rennes

De l'altérité radicale à la dignité de l'autiste


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2020 par Université Rennes 2 à Rennes

Informations

  • Sous le titre : De l'altérité radicale à la dignité de l'autiste
  • Détails : 1 vol. (550 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 532-550
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.