Esprit de faubourg à Paris, péricentres modernistes à Séoul : les enseignements de deux expériences urbaines opposées

par Yunjoo Lee

Thèse de doctorat en Aménagement de l'espace, urbanisme

Sous la direction de Sophie Houdart.

Le président du jury était Gabriel Wackermann.

Le jury était composé de Sophie Houdart, Gabriel Wackermann, Philippe Haeringer, Hamidou N’Diaye.

Les rapporteurs étaient Gabriel Wackermann, Alain Delissen.


  • Résumé

    La structure urbaine dite « radioconcentrique multipolaire » de Paris, irradiant ses faubourgs d’enceinte en enceinte, et la structure urbaine de Séoul multipliant ses péricentres en une sorte de « dispersion multipolaire », nécessitent deux analyses urbanistiques différentes. Tout d’abord, concernant l’urbanisme de la ville de Paris, nous chercherons à saisir « l’esprit » des faubourgs, en supposant que le caractère spécifique d’un faubourg relève de l’accumulation progressive du temps vécu en un même lieu. Les tentatives de résolution des problèmes urbains rencontrés par des populations appartenant à diverses couches sociales, défi auquel chaque ville est confrontée, passent ici par des alternatives tenant compte de cette juxtaposition. Cela revient à « rebâtir la ville sur la ville » sans rien perdre de ses richesses humaines. Au moins dans l’idéal. Nous illustrerons cette approche en étudiant les théories avancées par Paul-Henri Chombart de Lauwe, Gaston Bardet, Robert Auzelle, etc., qui proposent une « ville essentielle » tout en critiquant les « villes formelles ». En revanche, Séoul continue de produire encore aujourd’hui une « ville sans âme », en s’adonnant essentiellement à la multiplication des immeubles d’appartements et ce, en ne tenant pas compte de l’esprit des lieux. Cependant, contrairement au renoncement de Paris aux « grands ensembles », marqué par le retour du pavillonnaire et du logement individuel à la fin des années 1970, ce type de développement connait dans la capitale sud-coréenne un grand succès en tant que moyen d’enrichissement rapide des classes les plus riches, qui recourent systématiquement à des spéculations immobilières. De ce fait, nous observons l’accélération de ce phénomène social bien connu voulant que les riches s’enrichissent et que les pauvres s’appauvrissent. Dans cette thèse, nous avons comparé le projet de réaménagement, plus exactement de renouvellement, de trois quartiers parisiens, à savoir le Marais, la Goutte d’Or et Château-Rouge, d’une part, avec le projet de refondation de deux quartiers séouliens, Seochon et Wangsibri, d’autre part. Cela nous a permis de confronter deux approches urbanistiques opposées. Au-delà des déterminismes géographiques, historiques et culturels des deux situations, nous pensons avoir apporté des éléments de réflexion pour appréhender ce que pourrait être notre « futur urbanisme ».

  • Titre traduit

    Esprit de faubourg in Paris, modernist pericentres in Seoul : lessons from two opposing urban experiences


  • Résumé

    The multipolar radial-concentric urban structure of Paris, spreading out from the centre along divergent ancient roads through what was once a series of encircling walls, and the urban structure of Seoul that is characterised by the multiplication of pericentres in a pattern known as "multipolar dispersion", necessitate contrasting approaches to urban planning analysis . First of all, when looking at urban planning in the city of Paris, we try to grasp the spirit of the old faubourgs, assuming that the specific character of a historic neighbourhood is rooted in the collective experiences of all those who have lived in the same place over time. Attempts to solve urban problems faced by populations from varying social strata living side by side, a challenge that each city faces, have inspired alternatives that take this juxtaposition into account. This amounts to rebuilding “a city upon the city” whilst losing none of its human value. Ideally at least. We enrich this approach through a consideration of the theories advanced by Paul-Henri Chombart de Lauwe, Gaston Bardet, Robert Auzelle and others, which value the concept of the "essential city" as opposed to the "formal city". Seoul, on the other hand, continues to grow a “city with no soul”, concentrating essentially on the multiplication of apartment blocks with little regard for any spirit of neighbourhood. However, unlike Paris's renunciation of collective housing estates, marked by a return of individual housing developments from the late 1970s, apartment block development in the South Korean capital is much appreciated as a successful means of rapidly enriching the wealthiest classes, who invest heavily in such speculation. As a result, we are witnessing an acceleration of a well-known social phenomenon whereby the rich get rich and the poor get poorer. In this thesis, we examine the renovation (French concept of renouvellement) of three Parisian districts, namely the Marais, the Goutte d'Or and Château-Rouge, on the one hand, with the redevelopment project (refondation) of two districts of Seoul, Seochon and Wangsibri, on the other. This allows us to compare opposing approaches to urban planning. Beyond the geographical, historical and cultural determinants of the two situations, we hope to provide useful elements of reflection that might abet the evolution of the current urban planning approach in our own city of Seoul.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.