La socialisation organisationnelle des salariés : une approche relationnelle

par Pascaline Kamning Kamwa

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Jean-Michel Plane et de Raphaël Nkakleu.

Soutenue le 07-12-2020

à Montpellier 3 en cotutelle avec l'Université de Douala , dans le cadre de École doctorale 60, Territoires, Temps, Sociétés et Développement (Montpellier ; 2015-....) , en partenariat avec Communication, ressources humaines et intervention sociale (Montpellier) (laboratoire) et de Communication- Ressources Humaines et Intervention Sociale / CORHIS (laboratoire) .

Le jury était composé de Jean-Paul Tchankam, Florence Noguera.

Les rapporteurs étaient Delphine Lacaze, Olivier Torrès-Blay.


  • Résumé

    Les travaux en socialisation organisationnelle (SO) au cours des cinq dernières décennies ont davantage été focalisés sur l’approche organisationnelle (Van Maanen et Schein, 1979), individuelle (Louis, 1980)et interactionniste (Reichers, 1987). Quant à l’approche relationnelle, certaines recherches ont considéré les relations avec les agents socialisateurs, comme source d’informations pour les nouveaux salariés (NS)(Bauer et Green, 1998 ; Morrison, 1993), et rarement comme étant une « relation » qui suppose une dynamique, et dans une certaine mesure une réciprocité entre les acteurs (Coyle-Shapiro, et Shore, 2008)..Les relations des nouveaux salariés jouent un rôle clé dans la SO des NS, non seulement pou rl’information qu’elles fournissent (Ostroff et Kozlowski, 1992), mais aussi comme principale source de soutien social (Bauer et Green, 1998). Toutefois, les relations de travail peuvent rendre le processus de SO stressant et difficile (Kammeyer-Mueller et al. 2013, Lapointe, 2013). Nous inscrivons notre recherche dans cette approche, et avons pour ambition de comprendre le rôle des relations de travail dans la SO des NS et ses conséquences. De ce fait, nous nous servons du contrat psychologique (Rousseau,1989) et de la théorie de la conservation des ressources (Hobfoll, 1989) pour saisir les attentes et obligations réciproques dans le cadre des relations de travail, et les conséquences en termes de gain ou de perte de ressources. La démarche qualitative fondée sur une étude de cas multiples nous permet de répondre à nos questions de recherche. Ainsi, nous avons retenus cinq cas d’entreprise en contexte camerounais et avons mené des entretiens semi directifs auprès de 69 nouvelles recrues, et 8 représentants organisationnels. L’analyse des données s’est faite par le biais d’une analyse de contenu thématique(Miles et Huberman, 2003) grâce au logiciel NVIVO 12. Les résultats révèlent que les relations au travail/hors travail ou leur absence conduisent à l’accumulation ou à la perte des ressources personnelles,relationnelles, et organisationnelles. Les ressources spirituelles semblent inépuisables et très utiles en contexte de perte de ressources pour les NS. Les contributions de notre thèse résident principalement dans la mise en exergue d’une typologie des nouveaux salariés socialisées et de la dynamique des ressources qu’ils mobilisent dans les relations de travail.

  • Titre traduit

    the organizational socialization of employees : a relational approach


  • Résumé

    Work in organizational socialization (OS) over the past five decades has focused more on theorganizational (Van Maanen and Schein, 1979), individual (Louis, 1980) and interactionist approach(Reichers, 1987). As for the relational approach, some research has considered relations with socializingagents, as a source of information for new employees (NE) (Bauer and Green, 1998; Morrison, 1993),and rarely as a "relation". which supposes a dynamic, and to a certain extent a reciprocity between theactors (Coyle-Shapiro, and Shore, 2008). New employee relationships play a key role in NE socialization,not only for the information they provide (Ostroff and Kozlowski, 1992), but also as a primary source ofsocial support (Bauer and Green, 1998). However, work relationships can make the process of OSstressful and difficult (Kammeyer-Mueller et al. 2013, Lapointe, 2013). We fit our research into thisapproach, and we aim to understand the role of labor relations in new employee socialization and itsconsequences. Therefore, we use the psychological contract (Rousseau, 1989) and the theory of resourceconservation (Hobfoll, 1989) to understand the reciprocal expectations and obligations in the context oflabor relations, and the consequences in terms of gain or loss of resources. The qualitative approachbased on a multiple case study allows us to answer our research questions. Thus, we selected five businesscases in the Cameroonian context and conducted semi-structured interviews with 69 new recruits, and 8organizational representatives. Data analysis was done through thematic content analysis (Miles andHuberman, 2003) using NVIVO 12 software. The results reveal that work / non-work relationships ortheir absence lead to accumulation or loss of personal, relational, and organizational resources. Spiritualresources seem inexhaustible and very useful in the context of loss of resources for NE. The contributionsof our thesis mainly lie in highlighting a typology of new socialized employees and the dynamics of theresources they mobilize in labor relations.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.