Les trajectoires prémaritales de "grands dragueurs" dakarois : multipartenariat, homosocialité et construction des masculinités.

par Nicolas Faynot

Thèse de doctorat en Sociologie et anthropologie

Sous la direction de Olivier Leservoisier.

Soutenue le 09-11-2020

à Lyon , dans le cadre de École doctorale Sciences sociales (Lyon) , en partenariat avec Laboratoire d'anthropologie des enjeux contemporains (équipe de recherche) , Université Lumière (Lyon) (établissement opérateur d'inscription) et de laboratoire d'anthropologie des enjeux contemporains (laboratoire) .

Le président du jury était Catherine Deschamps.

Le jury était composé de Elodie Razy, Julien Bondaz, Hamidou Dia.

Les rapporteurs étaient Virginie Vinel.


  • Résumé

    Cette thèse s’appuie sur une enquête ethnographique menée auprès de jeunes hommes dakarois qui se désignent comme de « grands dragueurs » (doxaankat bu mag). Ces derniers tirent cette réputation de leurs comportements « prédateurs » en termes de séduction, mais aussi du fait qu’ils parviennent à entretenir plusieurs relations de couple en même temps. Cela les oblige à prendre un certain nombre de précautions afin que leurs partenaires et les femmes qu’ils cherchent à « conquérir » ne soient pas mises au courant de leur comportement multipartenarial. En outre, s’indignant massivement d’un supposé « matérialisme » des femmes, ils s’emploient à exercer le moins possible le rôle de prestataires économiques attendu des hommes dans le cadre d’un couple. Ils remplacent alors ces preuves d’attachement par d’autres gestes romantiques, dans une posture éminemment stratégique. Ils disent en effet chercher à tirer des bénéfices de leur relation avec ces jeunes femmes tout en négociant ce qu’ils sont prêts à leur « donner ». Ce faisant, ils peuvent démontrer à leurs pairs que, même sans mobiliser de ressources monétaires, ils sont capables tant de séduire que de multiplier les relations.Cette recherche vise alors à questionner les mécanismes défensifs dans lesquels se positionnent ces hommes. Elle s’intéresse en particulier à la manière dont ils mettent en commun un certain nombre de connaissances théoriques et empiriques pour ensuite élaborer des stratégies à mettre en acte. Le but recherché (avoué uniquement dans les collectifs de pairs) est d’assurer leurs prérogatives de genre – un projet qu’ils légitiment par leur « constat » d’une « crise » des masculinités contemporaines au Sénégal – allant de pair avec leur volonté d’incarner un modèle idéal typique de « virilité ». Ces divers éléments permettent de mettre au jour que les ambitions des hommes vis-à-vis de leurs propres agissements comme de leurs relations prémaritales sont imprégnées d’une volonté de contrôle. Je propose alors de penser ces objectifs performatifs en prenant en compte le du statut de mes interlocuteurs, c’est-à-dire des « cadets sociaux » assez démunis au niveau économique. C’est sous cet angle que je me suis efforcé de comprendre en quoi leur projet de genre influence la manière dont ils cherchent à se construire en tant qu’ « hommes ».

  • Titre traduit

    Premarital trajectories of “Pick up artists” in Dakar : Multi-partnership, homosociality and constructing of masculinities.


  • Résumé

    The present thesis is founded on the ethnography of young Dakar men who call themselves “pick up artists” (doxaankat bu mag). The latter derives from their “predatory” behaviour in terms of seduction and also from the fact that they are invested in several relationships at the same time. This requires them to take some precautions to ensure their partners and women they are trying to “conquer” do not find out their multi-partnership behavior. While strongly condemning women’s materialism, these men will strive to exercise as little as possible the role of economic provider expected of men in the context of a couple relationship. They will then replace these proofs of commitment with other romantic gestures in an eminently strategic posture. My interviewees reveal that they are seeking to benefit from their relationships with women while at the same time attempting to negotiate what they are willing to “give” them. In doing so, they can demonstrate to their peers that even without the use of monetary resources they are capable of both attracting and multiplying relationship. The research seeks to question the mechanisms of the defensive logic in which these men are positioned. It focuses particularly on how they share their theoretical and empirical knowledge and then develop strategies aimed to be put into action. The aim pursued (confessed only to their peers) is to ensure their gender prerogative, a project that is legitimized by the identification of a crisis of contemporary masculinity in Senegal. This crisis is associated with the desire to embody a typical ideal model of “virility”. These various elements underline that men’s ambitions regarding both their own action and their premarital relationships are rooted in a desire for control. I therefore recommend that these performance objectives are considered in the light of the social status of my interviewees i.e. “cadets sociaux” who are economically quite disadvantaged. It is from this perspective that I have tried to understand how their gender goal impacts the way they seek to define themselves as men.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.