Le processus entrepreneurial à l'épreuve de l'engagement : contributions théoriques et méthodologiques à l'analyse de l'engagement des entrepreneurs naissants : une application au contexte de l'entrepreneuriat étudiant

par Laëtitia Gabay-Mariani

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Jean-Pierre Boissin.

Le président du jury était Alain Fayolle.

Le jury était composé de Norris Krueger, Bertrand Dalle.

Les rapporteurs étaient Sylvie Sammut, Nabil Khelil.


  • Résumé

    Depuis quelques années, les incitations à entreprendre se sont multipliées dans les discours médiatiques, et ont projeté les pouvoirs publics dans une dynamique de promotion et de soutien à l’entrepreneuriat, notamment chez les jeunes. Malgré le foisonnement des initiatives publiques et privées allant en ce sens, le passage à l’acte entrepreneurial demeure problématique, 5% de la population française étant impliqué dans des activités de création (GEM, 2018-2019). Et quand des actions sont effectivement réalisées en vue de créer une activité nouvelles, elles ne présument en rien de la poursuite, ni du succès futur du projet. Il y a donc un enjeu à mieux comprendre ce qui peut encourager, renforcer et infléchir les trajectoires des entrepreneurs naissants.Ce questionnement rejoint des appels récents de la littérature entrepreneuriale à investiguer le passage de l’intention à l’action entrepreneuriale, pour mieux comprendre la phase dite volitionnelle du processus entrepreneurial, notamment les mécanismes d’auto-régulation qui s’y jouent. Ce travail doctoral s’inscrit dans la continuité de ces efforts, en s’intéressant au rôle du profil d’engagement de l’entrepreneur naissant dans cette phase cruciale du processus entrepreneurial. Il propose d’opérationnaliser le modèle d’engagement organisationnel développé par Allen et Meyer (1990), différenciant les engagements affectif, normatif et calculé, au contexte de l’entrepreneuriat naissant. Il questionne les formes que peut prendre l’engagement dans ce contexte spécifique de création et d’émergence, les facteurs favorisant leur développement et mais également leurs conséquences en termes de comportement d’investissement (ressources personnelles, surinvestissement). Le protocole qui sous-tend cette thèse mêle enquêtes qualitatives par entretien et focus groups et trois enquêtes quantitatives par questionnaire sur des populations d’entrepreneurs naissants issus de l’observatoire d’impact de la Chaire Pépite France. Il a permis de tester et de valider deux nouvelles échelles de mesure : une échelle de l’engagement entrepreneurial à deux dimensions (affective et instrumentale) et une échelle de sept paris subsidiaires (side-bets) inspirée des travaux d’Howard Becker (1960). En cela, ce travail remet en cause la structure factorielle tridimensionnelle classique des modèles d’engagement, et met en lumière les spécificités de la situation entrepreneuriale, par rapport au contexte organisationnel dans lequel la plupart de ces modèles ont été forgés. Il a également permis d’identifier les facteurs – individuels, sociaux et liés aux ressources - et conséquences comportementales des différentes formes d’engagement entrepreneurial. Enfin, il a abouti à la construction d’une taxonomie différenciant trois profils d’engagement chez les entrepreneurs naissants : les faiblement engagés, les affectivement engagés et les complètement engagés. Celle-ci s’est révélé discriminante quant aux niveaux d’avancement et d’investissement des entrepreneurs naissants issus de chaque groupe.Les résultats de ce travail permettent de défendre la thèse selon laquelle le profil d’engagement de l’entrepreneur naissant joue un rôle crucial dans la manière dont le processus entrepreneurial sera conduit, poursuivi et mené à son terme. Ils affinent notre compréhension de la manière dont les entrepreneurs naissants peuvent se sentir liés à leur projet, mais également au processus plus global par lequel ils deviennent entrepreneurs. En cela, ils sont d’intérêt pour les pouvoirs publics et professionnels de l’accompagnement cherchant à consolider les carrières entrepreneuriales, en particulier chez les étudiants et jeunes diplômés.

  • Titre traduit

    The entrepreneurial process put to the test of commitment : theoretical and methodological contribution on nascent entrepreneurs' commitment : an empirical application to student-entrepreneurs


  • Résumé

    Over the last few years, the incentives for entrepreneurship have multiplied in media discourses, and have thrown our governments into a dynamic of promoting and supporting entrepreneurship, especially among young people. Despite the proliferation of public and private initiatives going in this direction, the transformation into entrepreneurial action remains problematic, 5% of the French population being effectively involved in gestation activities (GEM, 2018-2019). And when actions are actually carried out to create a new activity, they in no way presume the continuation or the future success of the project. There is therefore a stake in better understanding what can encourage, strengthen and influence nascent entrepreneurs’ path.This questioning is in line with recent calls from the entrepreneurial literature to investigate the entrepreneurial intention-action gap, to better understand the volitional phase of the entrepreneurial process, especially its self-regulation mechanisms. This doctoral work is in line with of these efforts, and examines the role of the nascent entrepreneur's commitment profile in this crucial phase of the entrepreneurial process. It proposes to operationalize the organizational commitment model developed by Allen and Meyer (1990), differentiating affective, normative and calculated commitments, in the context of nascent entrepreneurship. It questions the forms that engagement can take in this specific context of creation and emergence, but also the factors leading to their development and their behavioral consequences in terms of investment (personal resources, overinvestment).The protocol underlying this thesis combines qualitative surveys (semi-directed interviews and focus groups) and three quantitative surveys by questionnaire on samples of nascent entrepreneurs from Observatory Impact of the Chaire Pépite France. It enabled to test and validate two new measurement scales: a two-dimensional (affective and instrumental) entrepreneurial commitment scale and a side-bets scale based on the work of Howard Becker (1960). Doing so, it questioned the classic three-dimensional factorial structure of commitment models, and shed light on the specificities of the entrepreneurial situation, compared to the organizational context in which most of these models have been developed. It also identified the factors - individual, social and resource-related - and behavioral consequences of different forms of entrepreneurial engagement. Finally, it resulted in the construction of a taxonomy revealing three engagement profiles among nascent entrepreneurs: the weakly committed, the affectively committed and the fully committed. This classification was consistent with the levels of advancement and investment of nascent entrepreneurs from each group.The results of this work reveal that the commitment profile of nascent entrepreneurs plays a crucial role in the way they will invest themselves and persist into the entrepreneurial process. They refine our understanding of how nascent entrepreneurs can feel tied to their project, but also to the broader process of becoming entrepreneurs. In that, they are important for public institutions and professionals seeking to consolidate entrepreneurial careers, especially of students and young graduates.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Grenoble Alpes. Bibliothèque et Appui à la Science Ouverte. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.