Du Voyage à l'exploration : les premières années du voyage de Carl Haller von Hallerstein en Grèce 1810-1813

par Jérôme Schweitzer

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Christophe Gauthier.

Soutenue le 27-01-2020

à Paris, Ecole nationale des chartes , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études (Paris) , en partenariat avec Centre Jean Mabillon / CJM (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Yves Marc.

Le jury était composé de Jean-Yves Marc, Pascale Rabault-Feuerhahn, Christine Peltre, Nathan Schlanger.

Les rapporteurs étaient Jean-Yves Marc.


  • Résumé

    Carl Haller von Hallerstein (1774-1817), architecte et artiste allemand fait partie des premiers voyageurs européens à avoir participé à la redécouverte de l’Antiquité grecque au début du XIXe siècle. Après avoir quitté la Bavière en 1807 pour se rendre en Italie et parfaire sa formation, il se lie d’amitié avec d’autres artistes européens qui le convainquent de s’embarquer pour la Grèce. Arrivé à Athènes en 1810, il demeure dans le pays durant plus de sept ans. Les trois premières années de son séjour marquent un véritable tournant dans son parcours. Avec son groupe d’amis, Carl Haller von Hallerstein participe à la découverte des statues du temple d’Aphaïa à Égine et des frises du temple de Bassae en Arcadie. Choqués par les excès de lord Elgin, Haller von Hallerstein et ses compagnons n’en décident pas moins de vendre les résultats de leurs fouilles. Ils participent alors à la concurrence à l’œuvre entre les grandes puissances au moment de l’éveil des nations. L’action de Carl Haller von Hallerstein et de ses proches, tels Robert Cockerell ou Olaf Brönstedt donnent une impulsion décisive à l’émergence des méthodes scientifiques de l’archéologie. Leur groupe rassemblé sous le nom des Xénéoin se distingue par des prises de relevés minutieuses, une attention portée aux sites explorés et une volonté de partager leurs conclusions. La Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg conserve la majeure partie des archives de Carl Haller von Hallerstein, elles témoignent de cette quête pour faire connaître les antiquités grecques quelques années avant les bouleversements à l’œuvre en Grèce.

  • Titre traduit

    From Travel to Exploration : the first years of Carl Haller von Hallerstein's journey to Greece 1810-1813


  • Résumé

    Carl Haller von Hallerstein (1774-1817), German architect and artist, was one of the first European travelers to take part in the rediscovery of Greek antiquity in the early nineteenth century. While he had left Bavaria in 1807 to go to Italy and complete his training, he made friends with other Europeans artists who convince him to embark for Greece. Arrived in Athens in 1810, he stayed in the country for more than seven years, the first three years of his stay mark a turning point in his career. With his group of friends, Carl Haller von Hallerstein participates in the discovery of the statues of the temple of Aphaïa in Aegina and the frieze of the temple of Bassae in Arcadia. Shocked by Lord Elgin’s excesses, Haller von Hallerstein and his companions decided nevertheless to sell the results of their excavations. Meanwhile they participate in the competition at work between the great powers at the time of the awakening of the nations. The action of Carl Haller von Hallerstein and his relatives, such as Robert Cockerell or Olaf Brönstedt give a decisive impuls to the emergence of scientific methods of archeology. Their group gathered under the name Xeneoin is distinguished by careful taking of surveys, attention to the sites explored and a willingness to share their conclusions. The National and university library of Strasbourg retains most of Carl Haller von Hallerstein's archives, and they testify to this quest to make Greek antiquities known a few years before the upheavals at work in Greece.


  • Pas de résumé disponible.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École nationale des chartes. Bibliothèque.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.