Le système éolien Pléistocène supérieur de la vallée du Rhône (sud-est de la France).

par Mathieu Bosq

Thèse de doctorat en Préhistoire

Sous la direction de Pascal Bertran et de Jean-Philippe Degeai.


  • Résumé

    Depuis presque un siècle, d’importants dépôts éoliens pléistocènes ont été reconnus dans la branche méridionale du rift cénozoïque ouest-européen, i.e. la basse vallée du Rhône et celles de ses affluents alpins. Ces lœss, déconnectés des deux principaux systèmes éoliens européens (la ceinture lœssique nord-européenne et le bassin du Danube), constituent un enregistrement clé pour documenter l’évolution des paléoenvironnements glaciaires péri-méditerranéens. L’étude de leur répartition spatiale couplée à une analyse sédimentologique et géochimique a montré que leurs principales caractéristiques (mode grossier autour de 60 µm, distribution granulométrique polymodale, taux de carbonate élevé, épaisseur localement importante (> 5 m), distribution spatiale discontinue et bioturbation abondante) peuvent être expliquées par la persistance d’un couvert végétal arbustif dans un contexte climatique moins rigoureux que celui des régions nordiques, permettant la capture simultanée des particules transportées par saltation et par suspension depuis les sources alluviales. À l’échelle européenne, la composition géochimique des lœss varie d’une région à l’autre mais garde une certaine homogénéité au sein d’un même bassin versant. Nos résultats suggèrent que cette variabilité est principalement contrôlée par la lithologie des zones englacées. Une analyse multi-proxy et chronostratigraphique à haute résolution a été réalisée sur deux séquences de lœss-paléosols : la séquence de Collias (~ 8 m) qui couvre la quasi-totalité du dernier cycle glaciaire et celle de Lautagne (~ 4 m) qui fournit un enregistrement détaillé du Pléniglaciaire supérieur. À l’échelle régionale, la principale période de sédimentation éolienne a été datée entre 37,5 ka et 12 ka avec un maximum de sédimentation entre 26 ka et 25 ka, synchrone de l’avancée maximale de la calotte alpine. Ce résultat suggère que les fluctuations des glaciers ont été le principal moteur de l’accumulation lœssique en modulant la production de particules susceptibles d’être transportées par la déflation.

  • Titre traduit

    The Late Pleistocene aeolian system of the Rhône Valley (southeast France).


  • Résumé

    For almost a century, thick Pleistocene aeolian deposits have been recognised in the southern branch of the Western European Cenozoic Rift, i.e. the lower Rhone Valley and the valleys of the Alpine tributaries. The loess, disconnected from the two main European aeolian systems (the North European Loess Belt and the Danube basin), constitute a key record for documenting the evolution of the peri-Mediterranean glacial palaeoenvironments. Loess is characterized by a coarse texture (main mode around 60 μm), polymodal grain-size distribution, strong local thickness (>5 m), limited extension, high carbonate content and abundant bioturbation. This results from the persistence of a shrub vegetal cover during the coldest and driest phases of the Last Glacial that allowed for trapping the saltating and suspended particles close to the alluvial sources. At the European scale, the geochemical composition of loess changes according to regions, but remains consistent within each catchment. Such variability is mostly related to the composition of rocks outcropping in glaciated areas within the respective catchments. A sedimentological and chronostratigraphic investigation was carried out on two loess-palaeosols sections: the Collias section (~8 m thick), which records the whole last climatic cycle, and the Lautagne section (4 m thick), which provides a detailed record of the Upper Pleniglacial. At a regional scale, the time of loess deposition ranges from 37.5 ka to 12 ka, with a peak at ~28–24 ka, overlapping the maximal advance of the Alpine Ice Sheet. This strongly suggests that regional glacier dynamics was the main driver of loess sedimentation by modulating the production of particles likely to be transported by deflation.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 01-06-2021


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.