Le gaspillage évitable de la recherche dans les essais cliniques

par Youri Yordanov

Thèse de doctorat en Santé publique. Epidémiologie et science de l'information

Sous la direction de Philippe Ravaud et de Agnès Dechartres.


  • Résumé

    Les essais contrôlés randomisés et les revues systématiques qui les synthétisent sont des éléments indispensables à la pratique de la médecine fondée sur les preuves. Celle-ci accorde un poids très important à la recherche biomédicale, et sera donc compromise si la base des éléments de preuve s’avère erronée. La mauvaise qualité de la recherche biomédicale est dénoncée depuis plusieurs années, mais en 2009, I.Chalmers et P.Glasziou intègrent ces critiques dans un concept plus global, le gaspillage de la recherche. Ils affirment que sans des rapports de recherche accessibles, honnêtes et utilisables, la recherche biomédicale ne pourra pas aider les patients et soignants à prendre des décisions éclairées, et pourrait ainsi être considérée comme gaspillée. Une recherche mal conçue, mal réalisée, non ou mal rapportée serait ainsi gaspillée. Ils ont estimé que près de de 85 % de la recherche biomédicale le serait.Dans le cadre de cette thèse, nous nous sommes intéressés au gaspillage, évitable, de la recherche dans les essais cliniques. Nous nous sommes plus spécifiquement concentrés sur le gaspillage lié à une mauvaise planification des essais (choix des méthodes et des critères de jugement) ou à la présentation sélective ou incomplète des critères de jugement. Puis nous avons estimé dans quelle mesure ce gaspillage pouvait être évité de manière simple et peu coûteuse.Nos travaux suggèrent que 1) que des ajustements méthodologiques simples et peu coûteux permettraient de limiter le risque de biais dans 50 % des essais, et ainsi réduire partiellement le gaspillage de la recherche, et 2) que de nombreux essais ne mesuraient ou ne rapportaient pas complètement les critères de jugement importants, mais que ce gaspillage aurait pu être partiellement évité pour la majorité des essais.

  • Titre traduit

    Avoidable waste of research in clinical trials


  • Résumé

    Randomized controlled trials and systematic reviews are essential for the practice of evidence-based medicine (EBM). EBM will be compromised if the evidence issued from biomedical research proves to be biased. Many authors previously denounced the poor quality of research, but in 2009 I.Chalmers and P.Glasziou integrate these criticisms into a more global concept, waste of research. It could be defined as research that fails to help patients and their clinicians to make informed decisions as without accessible, honest and usable reports, research cannot help research end users. They estimated that it could represent up to 85% of health research. In this thesis, we focused on the avoidable waste of research in clinical trials. We had a particular interest in waste of research due to poor trial planning (trials methods or choice of outcomes) or to selective and incomplete reporting of outcomes. Then we estimated to what extent this waste could have been avoided by simple and inexpensive methodological adjustments.Our results suggest that 1) simple and inexpensive methodological adjustments could have limited the risk of bias in 50% of clinical trials, and thus partially reduce the burden of waste of research, and 2) that many trials did not measure or report completely the important outcomes, but that this waste could have been partially avoided for the majority of the trials.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?