Déplacements et mutations spatiales à Alger

par Badra Merrad (Benyamina)

Thèse de doctorat en Géographie et aménagement

Sous la direction de André Larceneux et de Tahar Baouni.

Le président du jury était Thomas Thévenin.

Le jury était composé de André Larceneux, Tahar Baouni, Thomas Thévenin, Marie-Hélène Massot, Corinne Blanquart.

Les rapporteurs étaient Marie-Hélène Massot, Corinne Blanquart.


  • Résumé

    Alger, ville et port doit son histoire exceptionnelle à son site remarquable sur un éperon rocheux. Mais, cette morphologie s’est révélée contraignante d’une ville pour la croissance urbaine d’une ville qui prétend aujourd’hui rejoindre le rang de métropole. Au cours de son histoire, les relations entre le port et la ville ont pris de formes multiples souvent compatibles parfois opposées voire contradictoires, inversant les relations de domination. Alger, capitale d’un pays de 40 millions d’habitants a toujours été un laboratoire des politiques urbaines de la période coloniale aux différentes constructions institutionnelles de l’Algérie indépendante, en dépit d’un appareil statistique déficient. Mais, l’espace algérois est aujourd’hui confronté à des défis de grande ampleur avec une croissance anarchique difficilement contrôlée de sa population, une fragmentation des espaces urbanisés et des contraintes de déplacements difficilement soutenables.Si des infrastructures routières et de transports collectifs sont programmés et progressivement réalisés par les Plans successifs, leur articulation avec les zones bâtis et les lotissements construits pour permettre l’éradication des bidonvilles n’apparait pas marquée par une très grande cohérence. De même la localisation des différents équipements collectifs, qui semble plus relever d’opportunités foncières, ajoute à la complexité du tissu urbain. Toutefois, sous cette apparente complexité, apparaissent des logiques urbaines profondes qu’il convient de mettre en évidence et de modéliser

  • Titre traduit

    Space Mouvements and Mutations in Algiers


  • Résumé

    Algiers port and city’s exceptional history is driven by its remarkable site nestled on a rocky spur. Revealed.Yet this morphology constrained the urban growth of a city that could pretend joigning the ranks of large metropolis. During its history port and city relationship took multiple forms, frequently compatible yet sometimes divergent and even opposed, leading to inversing domination status of both actors. Algiers capital of a 40 million inhabitants state, has always been a laboratory of urban politics since the colonial era to the institutional constructions of independent Algeria, regardless of deficient statistical tools. However, the space in Algiers is confronted to great challenges due to an anarchic growth of its population, fragmented urban spaces and unbearable motion constraints. If road and collective transportation infrastructures are growingly programed and achieved by successive plans, their articulation with built-up areas and housing developments with the aim of eradicating slums does not seem to be really coherent. Furthermore, the location of communal amenities which seem to be relating to real estate opportunities, adds to the complexity of the urban fabric.However, under this apparent complexity, arise deep urban logics that should be highlighted and modeled.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources électroniques en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.