Les choix des parties prenantes dans les organisations de microfinance au Sénégal

par Babacar Sarr

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Benoît Pigé et de Zaka Ratsimalahelo.

Soutenue le 22-03-2019

à Bourgogne Franche-Comté , dans le cadre de École doctorale Droit, Gestion, Economie et Politique (Dijon ; Besançon ; 2017-....) , en partenariat avec Centre de recherches en gestion des organisations (CREGO) (Dijon) (laboratoire) , Centre de recherche sur les stratégies économiques (CRESE) (Besançon) (laboratoire) , Université de Franche-Comté (Etablissement de préparation) , Centre de Recherche en Gestion des Organisations [Dijon] / CREGO (laboratoire) et de Centre de REcherches sur les Stratégies Economiques (EA 3190) / CRESE (laboratoire) .

Le président du jury était Evelyne Poincelot.

Le jury était composé de Benoît Pigé, Zaka Ratsimalahelo, Evelyne Poincelot, Michel Lelart, Anne Marchais-Roubelat, Sharam Alijani.

Les rapporteurs étaient Michel Lelart, Anne Marchais-Roubelat.


  • Résumé

    Devant le constat que les organisations africaines fonctionnent selon les principes universels (occidentaux), mais que de tels principes méconnaissent souvent les spécificités africaines, ce travail se propose de faire le rapprochement entre théorie occidentale et spécificités africaines. Ce travail doctoral examine un modèle occidental, celui de Mitchell et al. (1997), enl’appliquant à la gouvernance des organisations de microfinance au Sénégal. De nombreuses recherches expliquent que les dérives des organisations de microfinance sont liées à des problèmes de gouvernance. De plus, plusieurs recherches s’appuient sur le concept de parties prenantes comme fondement de la gouvernance des organisations de microfinance. Enfin, lemodèle de Mitchell et al. (1997) est cité comme l’une des typologies les plus pertinentes dans la littérature sur la théorie des parties prenantes. L’objectif de cette thèse est donc de tenir compte des spécificités traditionnelles et culturelles sénégalaises en utilisant l’approche du modèle de Mitchell et al. (1997). A partir, d’une étude qualitative basée sur 24 entretiens, effectués auprès des dirigeants des organisations de microfinance au Sénégal dans la région de Dakar, nous mettons en évidence que les théoriesoccidentales, en particulier le modèle de Mitchell et al. (1997), ne peuvent s’appréhender qu’en fonction d’un contexte institutionnel lié à un territoire, à la tradition qui s’y exerce et aux acteurs spécifiques qui la font vivre. De surcroît, prendre en compte les aspectstraditionnels et locaux peut amener à repenser le rôle des organisations de microfinance (création de valeur et répartition du surplus) et les mécanismes de contrôle à mettre en œuvre pour limiter les dérives clientélistes ou les détournements de fonds.

  • Titre traduit

    The choices of stakeholders in microfinance organizations in Senegal


  • Résumé

    As African organizations operate according to universal principles (Western) while such principles often ignore African specificities, this study proposes to relate Western theory to African specificities. This doctoral study examines a Western model, the Mitchell and al. (1997)’s model, applied to the governance of microfinance organizations in Senegal. Many researches explain that microfinance organizations’ problems are related to corporate governance difficulties. Moreover, most studies consider that the concept of stakeholder is the foundation of the governance of microfinance organizations. Finally, the model of Mitchelland al. (1997) is cited as one of the most relevant typologies in the stakeholder theory literature. The objective of this thesis is to integrate Senegalese traditional and cultural specificities in the model of Mitchell et al. (1997) applied to the governance of microfinance organizations in Senegal. From a qualitative study based on 24 interviews conducted with the leaders of microfinance organizations in Senegal in the Dakar region, we highlight that Western theories, in particular the model of Mitchell et al. (1997) can only be understood inside an institutional context linked to a territory, the tradition that is exercised there and the specificactors that make it live. In addition, taking into account the traditional and local aspects leads to a new thinking of both the role of microfinance organizations (value creation and distribution of the surplus) and the control mechanisms that are to be implemented to limit patronage drift or misappropriation of funds.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire électronique, Besançon.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.