Écrire « sans conséquence » ? Stratégies d’écriture et ambiguïtés de la figure d’auteur dans l’œuvre de Casanova (1752-1798)

par Raphaëlle Brin

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation française

Sous la direction de Jacques Berchtold.

Soutenue le 13-03-2019

à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) , en partenariat avec CELLF (laboratoire) .

Le président du jury était Florence Lotterie.

Le jury était composé de Érik Leborgne, Yannick Séité, Michel Delon, Jean-Christophe Igalens.

Les rapporteurs étaient Érik Leborgne, Yannick Séité.


  • Résumé

    L’invention du mythe casanovien se fonde sur l’occultation de l’écrivain : elle entre en contradiction avec une ambition poursuivie pendant plusieurs décennies par le Vénitien, à la faveur d’une œuvre polygraphique. Dans un siècle où la condition des « gens de lettres » subit des transformations cruciales, Casanova échappe pour l’essentiel aux instances de légitimation. L’échec de la reconnaissance n’est pas étranger aux contradictions dont il investit la figure de l’écrivain. Cette étude interroge plus spécifiquement son rapport à la notion d’auteur, envisagée sous les deux pôles de l’auctorialité et de l’autorité. Entre « refus des conséquences » et « inconséquence », l’auteur s’élabore sous sa plume comme une instance labile et fuyante. Nous nous sommes intéressée aux logiques permettant de rendre compte de cette instabilité. Les habitudes de lecteur de Casanova comme ses pratiques d’écriture révèlent en outre un écrivain travaillé par une conception stratégique de la littérature. Nous avons cherché à explorer ces stratégies d’écriture et à en mesurer les effets dans le corpus philosophique et autobiographique. À sa manière, depuis la marge, Casanova est un miroir des paradoxes et des ambiguïtés de son temps : son œuvre offre un point de vue singulier sur l’évolution des sensibilités et des esthétiques, ainsi que sur les bouleversements qui affectent, au cours du siècle, le statut des écrivains, leurs relations avec les autorités ou avec le public.

  • Titre traduit

    “A man of no consequence” : writing strategies and ambiguities of the auctorial figure in Casanova’s work (between 1752 and 1798)


  • Résumé

    The invention of the Casanovian myth is based on the writer's occultation. It contradicts an ambition pursued for several decades by the Venetian. In a time when the condition of the “man of letters” is undergoing crucial transformations, Casanova’s successive attempts to achieve recognition in various literary genres were not successful. This study more specifically questions his relationship with the notion of author, considered under the two poles of auctoriality and authority. Between the "refusal of consequences" and "inconsistency", the author appears, in Casanova’s works, as a labile and evasive instance. The instability of his positions is linked to tactical constraints and epistemological biases, but also to a playful and theatrical conception of existence. Casanova's reading habits and writing practices reveal a writer haunted by a strategic conception of literature. The study focuses on these writing strategies, both in the philosophical and autobiographical works, and aims to understand their effects. Long marginalized, Casanova's work offers nevertheless a unique perspective on the evolution of sensibilities and aesthetics over the century, as well as on the upheavals that affect the status of writers, their relationship with the authorities or with the "public".


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque des thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.