Le journalisme au second degré : l’émergence de la dépêche télégraphique d'agence comme nouveau format d’écriture dans la presse française et allemande du XIXe siècle (1849-1870)

par Lisa Bolz

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Adeline Wrona et de Armin Scholl.

Le président du jury était Guillaume Pinson.

Le jury était composé de Stefanie Averbeck-Lietz, Jörg Requate, Denis Ruellan.

Les rapporteurs étaient Guillaume Pinson, Stefanie Averbeck-Lietz.


  • Résumé

    Le milieu du XIXe siècle voit émerger un nouveau format d’écriture qui se répand rapidement dans les journaux : la dépêche télégraphique d’agence. Quel est cet objet inédit à l’apparence modeste mais qui pourrait bien avoir changé le journalisme ? Si les agences sont des acteurs économiques, qui entretiennent de surcroît des liens étroits avec le gouvernement, en Prusse comme en France, elles sont donc fort éloignées des idéaux journalistiques des hommes de presse du XVIIIe siècle. La dépêche télégraphique représente pourtant une manière d’écrire en journalisme qui peut être considérée comme novatrice et moderne. La dépêche télégraphique se situe à l’intersection de champs conflictuels, le politique, l’économie, le journalisme, et se développe dans un aller-retour entre l’international et le national, en tant qu’objet transculturel qui s’impose aux différents contextes culturels journalistiques. La conquête télégraphique de l’espace ainsi que l’accélération de la communication – sont les caractéristiques majeures du texte télégraphique. Pour cerner l’essence de la poétique télégraphique, nous explorons la relation singulière que les dépêches nouent entre les lieux et le temps sous différents angles, celui du territoire télégraphique et de la représentation de l’international, de l’imaginaire de la technique, ainsi que la circulation des informations agencières et de l’écriture en réseau.

  • Titre traduit

    Second-level journalism : the emergence of the news agencies’ telegraphic dispatch as a new form of writing in the French and German press of the 19th century (1849-1870)


  • Résumé

    In the mid-nineteenth century a new writing format emerged that quickly spread across the newspapers: the agencies’ telegraphic dispatch. What is this unprecedented, modest-looking object that would have such an impact on journalism? The news agencies are mainly economic actors whose sole purpose is the maximization of their profits, and who have close relationships with the governments in France and in Prussia. They are not even close to the journalistic ideals that were shared by eighteenth century media men. At the same time, the telegraphic dispatch represents a way of writing in journalism that can be considered as innovative and modern. The telegraphic dispatch is at the intersection of conflicting fields – politics, economics and journalism – and develops between the international and the national level, as a cross-cultural object that imposes itself on different journalistic cultural contexts. The telegraphic conquest of space as well as the acceleration of communication are the major features of the telegraphic text. The three parts of this thesis – writing the international, imagining the telegraph, organizing the network – discuss this relation between place and time from different perspectives. To approach the essence of the telegraphic poetics, we examine the dispatches from different angles: the telegraphic territory and the representation of what is supposed to be “international”, the imaginary of technology and the human’s interaction with it, as well as the circulation of the information and the writing procedures within the agencies’ network.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque des thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.