Caractérisation clinique et biologique de l’hyperprogression tumorale lors du blocage de la voie PD-1/PD-L1

par Stéphane Champiat

Thèse de doctorat en Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie

Sous la direction de Christophe Massard.

Le président du jury était Nathalie Chaput-Gras.

Le jury était composé de Christophe Massard, Nathalie Chaput-Gras, Jean-Philippe Spano, Antoine Italiano.

Les rapporteurs étaient Jean-Philippe Spano, Antoine Italiano.


  • Résumé

    Les anticorps bloquant les points de contrôle immunitaires modifient profondément la gestion des patients atteints de cancer. À la pointe de cette nouvelle classe d'agents anticancéreux, les anticorps anti-PD-1 / PD-L1 peuvent ainsi restaurer une réponse efficace des cellules T antitumorales. En conséquence, ces agents sont maintenant approuvés dans divers types de tumeurs, tels que le mélanome, le cancer bronchique non à petites cellules, le cancer du rein, les tumeurs ORL ou le cancer de la vessie. Ces nouvelles immunothérapies entraînent également de nouveaux profils de réponse tumorale tels que des réponses tumorales retardées ou des pseudoprogressions. Au fil de l’expérience acquise avec ces traitements, il a été observé chez certains patients un état de progression rapide de la maladie, ce qui pourrait suggérer que le blocage de points de contrôle immunitaire pourrait avoir un effet délétère en accélérant la maladie chez un sous-groupe de patients. Ce travail de thèse a permis de caractériser sur le plan clinique et biologique ce phénomène d’accélération de la croissance tumorale sous immunothérapie anti-checkpoint que nous avons définit “maladie hyperprogressive” (HPD). L’analyse transcriptomique d’échantillons tumoraux de ces patients a permis d’orienter vers un rôle spécifique de l’environnement myeloide.

  • Titre traduit

    Clinical and biological characterization of tumor hyperprogression during PD-1/PD-L1 pathway blockade


  • Résumé

    Immune checkpoint blocking antibodies are profoundly changing the management of patients with cancer. At the forefront of this novel anticancer agent class, anti-PD-1/PD-L1 antibodies can exhibit a significant activity by restoring an efficient antitumor T-cell response. As a result, these agents are now approved in various tumor types such as melanoma, squamous, and nonsquamous non–small cell lung cancer (NSCLC), renal cell carcinoma (RCC), head and neck squamous cell carcinoma (HNSCC) or bladder cancer. Interestingly, these new immunotherapies also result in novel tumor response patterns such as delayed tumor responses or pseudoprogressions. As experience grows with these therapeutics, anecdotal reports are relating rapid disease progressions, which could suggest that immune checkpoint blockade may have a deleterious effect by accelerating the disease in a subset of patients. This thesis work has made it possible to characterize clinically and biologically this phenomenon of accelerated tumor growth under anti-checkpoint immunotherapy, which we have defined as “hyperprogressive disease” (HPD). Transcriptomic analysis of tumour samples from these patients suggested a specific role for the myeloid environment.



Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.