Du manuscrit à la scène d'exposition : portrait de Johann Woyzeck en arlequin

par Quentin Mornay

Thèse de doctorat en SACRe, arts visuels

Sous la direction de Guitemie Maldonado.

Soutenue le 01-07-2019

à Paris Sciences et Lettres (ComUE) , dans le cadre de École doctorale École transdisciplinaire Lettres/Sciences , en partenariat avec Sciences, Arts, Création, Recherche (laboratoire) et de École Nationale Supérieure des Beaux-Arts (Paris) (établissement de préparation de la thèse) .

Le président du jury était François-René Martin.

Le jury était composé de Guitemie Maldonado, Nathalie Delbard, Lionel Ruffel, Yves Citton, Emmanuel Saulnier.

Les rapporteurs étaient Nathalie Delbard, Lionel Ruffel.


  • Résumé

    En 1878 Karl Emil Franzos appose sur le manuscrit pas encore nommé Woyzeck une solution de souffre et d’ammoniaque. Le traitement doit permettre de dévoiler les parties illisibles du texte et de faire apparaître derrière les ratures des parties nécessaires à la compréhension de la dramaturgie. En 1837, les feuillets récupérés à la mort de l’auteur furent jugés vulgaires et ne parurent pas dans la première édition des œuvres complètes en 1850. Pour l’édition de 1878, Karl Emil Franzos entend mettre au jour cette pièce laissée inachevée. Pendant un moment le précipité semble opérer. L’encre remonte à la surface du papier. Les lettres prennent en épaisseur, des mots apparaissent. Les passages écrits trop vite avec une plume sèche et les restes d’un encrier se dévoilent. Pendant un moment du moins. Très rapidement l’encre remontée en excès à la surface du papier sèche. Des croûtes de pigments se forment à l’endroit des mots. En l’absence de fixateur, ces petits tas de poussières se dispersèrent au moment de l’expiration du lecteur. La première apparition du manuscrit consista en sa disparition partielle. Des pattes de mouches et des biffures il ne reste par endroit plus que le pli laissé par la pointe sur le papier. Le personnage de Johann Woyzeck, tel que relaté dans la pièce, advient dans les conditions du manuscrit. Georg Büchner opère une réduction du personnage à sa condition d’apparaître. Au fur et à mesure des lignes les abréviations et les ponctuations font émerger sa figure. Le texte le vêtit par addition de lambeaux et de débris. Comme l’homme invisible qui ne devient perceptible qu’une fois habillé, Johann Woyzeck se pare d’un costume et advient dans les mailles d’un langage rapiécé. Ainsi affublé d’un telle tunique le personnage prend les allures d’un arlequin. Il y a alors une tunique qui fait personnage et qui n’est faite que de morceaux empruntés. Il est débiteur de sa propre peau et sa malice lui permet de toujours déjouer les conditions de son baptême. Et il y a un être de papier qui s’aliène dans les dissociations qui lui sont imposées jusqu’à en perdre la possibilité de dire « Je ». Par surimpression il s’agit de faire apparaître ici le Woyzeck comme une arlequinade. Le montage valant tout autant pour l’histoire que pour la forme du manuscrit. Les quatre feuillets assemblés par la recherche philologique prennent valeur de canevas, à l’image de ceux utilisés par les compagnies de commedia dell’arte et qui servaient de situation de départ au travail d’improvisation. Pris dans ce maillage le drame devient une farce noire où un arlequin, sommé de s’enregistrer à l’état civil et de rendre compte de la provenance de ses morceaux, se fragmente. C’est tout son être que la question « Qui es tu ? » vient à démettre. La perte du « Je » engage alors la langue vers sa dissolution dans les blancs de la page. Cette figure et ce manuscrit deviennent dans cette recherche un paradigme. Les œuvres sculpturales, numériques et photographiques travaillent dans leurs modes de conception et dans leurs formes ce maillage. Elles s’annoncent sur une analogie entre langage et encodage. La mise en espace tend alors à mettre en scène des modes de figurations du monde qui se représentent plus eux-même qu’ils ne représentent les objets qu’ils se proposent de signifier. C’est cette tension que vient scénographier l’exposition Un Puzzle Blanc qui constitue la première partie de cette recherche. L’espace devient le lieu d’une mise en scène où l’exposition devient scène. La deuxième partie de cette thèse est une traduction de l’accrochage sous la forme d’un film. Il documente les œuvres et transcrit dans une durée et dans un montage les motifs et les principes de travail de cette recherche. À partir de ces éléments, le mémoire de thèse est une mise en texte de la lecture du drame faites par cette recherche. Il argumente en quoi le personnage de Johann Woyzeck est une survivance de la figure de l’arlequin.

  • Titre traduit

    From the manuscript to the exhibition scene : portrait of Johann Woyzeck as an arlequin


  • Résumé

    In 1878 Karl Emil Franzos affixed on the manuscript not yet named Woyzeck a solution of sulfur and ammonia. The treatment must reveal the illegible parts of the text and to make appear behind the erasures some parts necessary to the comprehension of the dramaturgy. In 1837, the sheets recovered at the death of the author were considered vulgar and did not appear in the first edition of the complete works in 1850. For the edition of 1878, Karl Emil Franzos intends to unearth this piece left unfinished. For a moment the precipitate seems to operate. The ink rises to the surface of the paper. Letters take in thick, words appear. The passages written too quickly with a feather and the remains of an inkwell are revealed. For a moment at least. Very quickly the ink raised in excess on the surface of the dry paper. Crusts of pigments are formed at the place of words. In the absence of fixative, these small piles of dust dispersed at the moment of the expiration of the reader. The first appearance of the manuscript consisted in its partial disappearance. Flies of flies and scratches there remains in place only the fold left by the tip on the paper.The character of Johann Woyzeck, as recounted in the play, occurs under the conditions of the manuscript. Georg Büchner makes a reduction of the character to his condition to appear. As the lines and abbreviations and punctuations emerge his face. The text clad him by adding flaps and debris. Like the invisible man who only becomes perceptible once dressed, Johann Woyzeck adorns himself with a costume and comes into the meshes of a patchwork language. Thus decked out in such a tunic, the character takes on the appearance of a harlequin.There is then a tunic that is a character and that is made only borrowed pieces. He is a debtor of his own skin and his mischief allows him to always thwart the conditions of his baptism. And there is a being of paper who alienates himself in the dissociations which are imposed on him until losing the possibility of saying "I". By overprinting it is to make appear here the Woyzeck like a harlequinade. The editing is as much for the story as for the form of the manuscript. The four leaflets assembled by philological research take the form of canvases, like those used by the commedia dell'arte companies and which served as a starting point for the improvisation work. Taken in this mesh the drama becomes a black joke where a harlequin, summoned to register in the civil status and to report the provenance of its pieces, is fragmented. It is all his being that the question "Who are you?" Comes to resign. The loss of the "I" then engages the language towards its dissolution in the whites of the page.This figure and this manuscript become in this research a paradigm. The sculptural, digital and photographic works work in their modes of design and in their forms this mesh. They announce themselves on an analogy between language and encoding. The setting in space then tends to stage modes of figurations of the world which represent themselves more than they represent the objects that they propose to signify. It is this tension that comes to stage the exhibition A White Puzzle which constitutes the first part of this research. The space becomes the place of a staging where the exhibition becomes a scene. The second part of this thesis is a translation of the clash in the form of a film. He documents the works and transcribes in a duration and a montage the motives and principles of work of this research. From these elements, the dissertation is a setting in text of the reading of the drama made by this research. He argues how Johann Woyzeck's character is a survival of the harlequin's figure.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Paris Sciences et Lettres. Thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.